Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Évaluer la solvabilité en période d’incertitude radicale

Prêts alternatifs

Dans la première d’une série de deux parties, Josh Cook se plonge dans ce que les prêteurs de Fintech peuvent et ne peuvent pas faire en temps de crise.

Évaluer la solvabilité en période d'incertitude radicale

Source de l’image : Photo par Startup Stock Photos de Pexels

Pour minimiser l’incertitude causée par la crise et maintenir le flux de capitaux vers une économie qui en a besoin, le marché sera inévitablement poussé plus rapidement vers les modèles d’évaluation du crédit automatisés et basés sur des données que Fintech propose. Mais comment fintech peut-il aider le marché à s’adapter et à évaluer la solvabilité en période d’incertitude ?

Les interventions agressives du gouvernement dans l’économie suspendent les conventions fiscales normales. Les engagements pris par un gouvernement de garantir des prêts énormes aux entreprises en difficulté et de prendre en charge la note des employés mis à pied ont amené certains à se demander si l’économie ne sera plus jamais la même.

Le crédit est un élément central de la réponse du gouvernement à la crise et une règle qui ne changera pas est que les créanciers voudront être remboursés. Comment alors évaluer la solvabilité des entreprises et des personnes lorsque les règles normales du système économique sont suspendues ? Comment Fintech jouera-t-elle un rôle dans la promotion de l’adoption de nouvelles conventions et de nouveaux outils pour évaluer la solvabilité mieux adaptés à la crise ?

Dans le secteur des PME, les dirigeants de Fintech sentent que les impératifs de la crise vont pousser les entreprises vers des solutions Fintech. Nick Heller, PDG de Fractal Labs, a déclaré AltFi “cela change notre comportement sociétal, ce que nous allons voir est une impulsion à numériser une grande partie de ce que nous faisons” dit-il, les enjeux sont trop élevés pour être attachés à de vieux processus “il s’agit de la survie de l’écosystème tout entier”.

Le nombre de PME ayant besoin d’un soutien et leur importance pour l’économie britannique font de l’obtention rapide de capitaux un défi crucial. Au début, le système CBLIS semblait trop dépendre des processus manuels et des méthodes traditionnelles d’évaluation du risque de crédit des entreprises basées sur les relations.

Trois semaines après son lancement, sur les 330 milliards de livres promis par le CBLIS, seulement 1,1 milliard avait été prêté, et jusqu’à présent, seule une entreprise sur cinq ayant fait une demande de financement a été acceptée. Malgré un travail acharné, les banques accréditées auprès de la CBLIS dès le début n’avaient pas les processus en place pour répondre à l’ampleur du problème.

Depuis son lancement, CBLIS a embarqué des prêteurs plus axés sur la technologie. Nick Heller, PDG de la plate-forme bancaire ouverte Fractal, spécialisée dans les PME, déclare que le rythme auquel les prêteurs spécialisés dans les technologies ont été ajoutés au système par la British Business Bank “a été lent mais compréhensible” étant donné l’ampleur du projet et la perturbation des flux de travail causée par l’auto-isolement.

L’énorme défi consistant à obtenir rapidement le montant de crédit dont les PME ont besoin, tout en protégeant les prêteurs contre le mauvais crédit, est une chose que seules les entreprises équipées de Fintech ont les outils pour réaliser.

Rob Straathof, directeur général de Liberis, un autre prêteur de premier plan axé sur les PME dans le domaine des technologies de pointe, a déclaré que le système AltFi CBLIS représente un défi pour les banques en place qui n’ont souvent pas “les bons outils et la bonne mentalité pour évaluer la solvabilité des petites entreprises”. Leur dépendance à l’égard des processus manuels signifie que les banques traditionnelles ne peuvent pas rivaliser avec la rapidité des fintechs dans ce domaine. Straathof a déclaré à AltFi Liberis, d’autre part, a un “processus de demande de prêt que vous pouvez suivre en moins de cinq ou dix minutes”.

Il n’y a pas que l’efficacité opérationnelle pour laquelle Fintech peut fournir un avantage. En plus d’accélérer l’analyse, les entreprises fintech ont bâti leurs activités sur l’accès à des données que les banques traditionnelles n’ont pas. Cela leur permet d’acquérir une connaissance approfondie des emprunteurs qui sera d’autant plus essentielle lorsque les modèles normaux de revenus auxquels les entreprises sont normalement confrontées auront été perturbés.

Straathof a déclaré AltFi “Qu’il s’agisse de données commerciales provenant de Deliveroo ou d’Amazon ou de données financières fournies par des partenaires tels que Broadbase ou Lloyds, vous pouvez mieux évaluer le risque que court une personne pendant la pandémie”.

Les capacités techniques de ces concurrents de fintech rendent le marché plus transparent pour eux et cela se traduit par une augmentation des prêts. Selon M. Straathof, même dans les meilleures conditions, les banques en place ne disposent en moyenne que de 50 à 30 % du taux d’acceptation des prêteurs fintech. Cette volonté de prêter sera clairement la clé pour essayer de sortir 330 milliards de livres sterling de la porte.

Une réflexion originale sur les modèles de remboursement rend également les options fintech plus attrayantes lorsque les entreprises sont confrontées à la volatilité. Liberis, par exemple, prélève leurs remboursements directement sur les transactions des cartes d’emprunteurs, en liant directement le remboursement à la santé de l’entreprise. Il ne fait aucun doute que les prêteurs plus traditionnels vont prolonger les congés de paiement, mais les systèmes qui automatisent efficacement le processus ont clairement l’avantage de ne nécessiter qu’un minimum de saisie manuelle lorsque le temps du personnel bancaire est compté.

Malgré ces outils, les prêteurs de Fintech sont conscients qu’ils n’ont pas de solution miracle pour continuer à accorder des crédits à tous ceux qui en ont besoin. Heller a déclaré AltFi il n’existe aucun modèle de notation du crédit à l’abri de la crise ; “les écosystèmes et les chaînes de valeur ont été perturbés et cela constitue un défi pour toute forme de modèle existant”. Dans ce contexte, dit-il, “une approche purement algorithmique n’aidera pas”.

Les algorithmes utilisés par des sociétés comme Fractal Labs et Liberis seront basés sur des événements antérieurs, ce qui présente des limites évidentes lorsqu’il s’agit de passer par quelque chose qui n’est jamais arrivé auparavant. Pour Heller, les appels au jugement et le “bon sens de la vieille école” joueront un rôle même dans les processus d’approbation de crédit les plus techniques.

De même, M. Straathof est clair sur le fait que même avec l’appui du gouvernement, à un moment où tant d’activités commerciales ont simplement cessé, le risque sera difficile à évaluer, “toute personne qui n’a pas de revenus dans cette situation sera très, très difficile à évaluer pour le crédit en ce moment”.

Les dimensions de l’incertitude ajoutée par la crise ne sont pas faciles à démêler ; “Vous devrez faire une hypothèse sur la durée de la crise ? Combien d’argent le gouvernement va-t-il dépenser pour soutenir ces entreprises ? Cela va être incroyablement difficile”. Fintech ne peut qu’atténuer l’incertitude du crédit aux PME causée par la pandémie ; elle ne peut pas l’éliminer.

Dans le domaine du crédit à la consommation, la crise exigera également des solutions de contrôle du crédit plus automatisées et basées sur les données. Bien sûr, à ce stade, il n’existe pas d’équivalent CBLIS pour les particuliers, puisque le gouvernement soutient les gens par des cadeaux. Si la crise sanitaire se transforme en une crise financière à long terme, le marché du crédit devra peut-être intervenir pour soutenir les particuliers lorsque les programmes gouvernementaux arriveront à expiration. Tout comme dans l’espace des PME, la transparence créée par l’information numérique atténuera le risque.

Freddy Kelly, PDG de Credit Kudos – une agence de référence pour le crédit qui utilise des données bancaires ouvertes – a déclaré AltFi Il s’attend à ce que la crise stimule la demande des prêteurs pour les plateformes de données plus riches comme son offre, à mesure que les prêteurs s’adapteront aux nouvelles conditions ; “nous avons en quelque sorte enclenché la réinitialisation, ce qui était valable au début de l’année est très différent de maintenant… lorsque les prêteurs reviendront sur le marché, ils voudront obtenir le plus de profondeur possible afin de prendre des décisions judicieuses”.

Comme il a été écrit dans AltFi Au début de la semaine, le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) a fait preuve d’une certaine morosité en élargissant le type de données utilisées dans les modèles d’évaluation du crédit, ce qui permet d’ouvrir le crédit à un plus grand nombre de personnes en toute sécurité.

Bien que les opérateurs fintech travaillent avec les mêmes contraintes fondamentales que les banques traditionnelles, il est clair que les outils qu’ils apportent à la crise deviendront indispensables pour y faire face. La pandémie peut servir d’appel aux armes pour que les acteurs du marché du crédit utilisent les outils dont ils disposent dans les années 2020 pour faire parvenir de l’argent aux personnes et aux entreprises afin qu’elles puissent surmonter la tempête.

En outre, grâce à leur meilleure capitalisation par rapport à la dernière crise et au soutien du gouvernement, les prêteurs ont la possibilité d’intervenir comme ils n’ont pas pu le faire en 2008. Fintech a la possibilité de mener cette charge.

S’inscrire à la newsletter quotidienne des perturbateurs