Simon Properties va rouvrir des centres commerciaux très en vue


Les clients reviendront-ils au centre commercial ? Cette question est sur le point de trouver une réponse, car le plus grand propriétaire et promoteur de centres commerciaux du pays est prêt à rouvrir ses portes.

Simon Property Group s’est engagé à rouvrir 49 de ses centres commerciaux et points de vente du vendredi au lundi, selon un mémo interne provenant de plusieurs organismes de presse. Les ouvertures concerneront certaines de ses plus grandes propriétés, comme le Haywood Mall à Greenville, en Caroline du Sud, et Lenox Square à Atlanta.

Selon CNBC, “les heures d’ouverture des centres commerciaux et des centres de magasins seront limitées à 11 heures à 19 heures du lundi au samedi, et de midi à 18 heures le dimanche, pour permettre le nettoyage pendant la nuit, selon la note de service. Simon a déclaré qu’elle assainira régulièrement les zones sensibles telles que les tables des aires de restauration, les escaliers roulants, les poignées de porte et les répertoires électroniques. Et il encourage les détaillants à faire de même dans leurs magasins”.

Le mémo Simon indique également que les acheteurs seront invités à prendre leur température avant de faire leurs courses. L’utilisation de thermomètres infrarouges et de masques et sachets de désinfectant pour les mains approuvés par le CDC seront disponibles gratuitement. L’entreprise demandera aux clients de porter des masques “ou une sorte de couverture faciale” pendant qu’ils font leurs courses. Simon demande à ses employés de porter des masques et de prendre “des pauses fréquentes pour se laver les mains”.

Les ouvertures serviront de test crucial du comportement des consommateurs. Le COVID-19 Tracker de PYMNTS a permis de constater que les consommateurs ne reviendront pas à un comportement d’achat non essentiel, antérieur à la pandémie, tant qu’un vaccin n’aura pas été mis au point ou jusqu’en octobre. C’est la santé, et non le commerce, qui semble être le moteur de l’activité d’achat.

Les prévisions optimistes concernant le retour des clients dans les centres commerciaux sont certainement minoritaires, mais elles existent. “Au fur et à mesure que la crise se résorbera, nous pourrions voir l’émergence d’un nouvel acheteur courageux aux États-Unis”, indique un rapport de BevNet. “Un qui a une nouvelle capacité d’adaptation, des compétences d’achat plus pointues et des attentes plus élevées pour son expérience d’achat. Pour inciter à la découverte et fidéliser les clients en magasin, les marques devront apprendre aux acheteurs à naviguer dans les catégories et trouver des moyens de les encourager à faire leurs achats dans les allées”.

C’est ce qu’ont fait Walmart et d’autres détaillants essentiels, et Simon semble avoir pris une page de ce manuel. Peut-être que les centres commerciaux offriront suffisamment d’espace pour que les consommateurs se sentent à l’aise – ou peut-être que la distanciation sociale et d’autres mesures de sécurité rendront difficile un niveau appréciable de circulation piétonne.

Motley Fool, entre autres sources, n’était pas convaincu que les consommateurs reviendraient de sitôt. “Une part notable de cette situation viendra du fait que les mesures de distanciation sociale visant à ralentir la propagation de COVID-19 sont susceptibles de pousser les États-Unis dans une récession. La demande des consommateurs va diminuer, même si les centres commerciaux sont ouverts”, a déclaré la publication mercredi (29 avril). “Les consommateurs pourraient ne pas être disposés à s’aventurer dans des espaces clos remplis d’un grand nombre de personnes en raison des préoccupations liées aux coronavirus. Cela aussi réduirait la demande. Les plans de réouverture de Simon comprennent un certain nombre de mesures pour aider à garder les clients en sécurité, mais on ne sait pas encore si les acheteurs vont bien accepter les changements. Si l’on ajoute à cela le stress déjà présent dans le secteur de la vente au détail, les centres commerciaux pourraient connaître davantage de fermetures de magasins et de faillites. Cela aurait des répercussions sur les taux d’occupation et les loyers, et pourrait même entraîner la nécessité d’accorder des réductions de loyer aux locataires qui restent. Il reste beaucoup à faire avant que les centres commerciaux ne reviennent à un environnement proche de celui d’avant la COVID-19, si cela est encore possible à ce stade”.

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.