Dossier | Ligue 2 – le pays des secrets – meilleur XI de 2019/20


La Ligue 2, c’est le secret des terres. Un mélange éclectique d’internationaux africains, d’adolescents émergents, d’attaquants compagnons, de joueurs de Ligue 1 et de joueurs semi-professionnels permet de découvrir certains des meilleurs talents européens. N’Golo Kanté et Riyad Mahrez sont deux exemples célèbres, mais la deuxième division française – bien qu’elle soit lente et défensive avec 53 nuls 0-0 la saison dernière – joue depuis quelques années le rôle de grande chaîne d’approvisionnement des clubs. Parmi l’équipe des Bleus qui a remporté la Coupe du monde 2018, dix ont passé beaucoup de temps en Ligue 2 ou moins au début de leur carrière. Le onze qui suit regroupe certains des meilleurs talents en devenir que le plus célèbre des bas-fonds du football européen a à offrir. La plupart, sinon tous, auront déjà attiré l’attention de certains des clubs les plus illustres du continent.

Paul Nardi – gardien de but (FC Lorient, 25 ans)

Jusqu’à présent, la carrière de Nardi a été sinueuse. Ayant rejoint Monaco en 2014 à l’adolescence et salué par certains comme le prochain grand gardien de Monaco, le Croate Danijel Subašić s’est avéré difficile à évincer et Nardi a été envoyé sur une succession de prêts. Après avoir été une solide doublure pour Subašić lors de la campagne 2015/16, un passage à Rennes n’a donné lieu qu’à une seule sortie : une défaite en coupe 7-0 contre Monaco. Après deux années impressionnantes au Cercle Brugge, Nardi est revenu en France et à Lorient, leader de la Ligue 2. Profitant clairement du temps de jeu qu’il a reçu en Belgique, Nardi n’est plus seulement un tireur d’élite, mais aussi un commandant et un apaisant. Promu ou non, Nardi mérite d’être en Ligue 1 la saison prochaine.

Gedeon Kalulu – arrière droit (AC Ajaccio, 22)

Ayant quitté Lyon sans avoir fait une apparition en seniors, et après une saison en troisième division à Bourg, Kalulu a connu une saison révélatrice, tout comme son équipe. Il y a deux ans, les hommes d’Olivier Pantaloni avaient failli être relégués la saison dernière, mais, après une révision de leur effectif, ils visent à nouveau une ascension automatique en Ligue 1 et Kalulu a joué un rôle important dans leur ascension. Intelligent, adroit et composé, tant sur le plan défensif qu’en cas de chevauchement, le puissant défenseur est prêt pour la Ligue 1.

Kiki Kouyate – défenseur central (ESTAC Troyes, 23)

Les attentes étaient faibles lorsque Boubacar Kouyate est arrivé de l’équipe B du Sporting Lisbonne en janvier dernier. Après un départ laborieux, “Kiki” est devenu un titan de la défense de Troyes, avec la promotion de chasseur de club de Champagne sous la houlette de Laurent Batlles. Impressionnant dans le cadre de la défense à trois hommes mise en place par Rui Almedia la saison dernière – qui a failli apporter la promotion – Kouyate est large, longiligne et dominant dans les airs aux deux extrémités, devenant un leader dans l’équipe de Batlles. Six frappes, dont un tir de 30 yards à Guingamp, font de Kiki ESTAC le meilleur buteur de l’équipe. Nottingham Forest serait très favorable à l’international malien.

Loïc Bade – défenseur central (Le Havre, 18 ans)

Un peu plus à gauche, mais l’effet de Bade sur une défense havraise en difficulté a été brutal. Diplômé de la célèbre académie du Havre, Bade a été parachuté dans le premier onze de Paul Le Guen presque de nulle part en janvier. Bien qu’il ait prouvé qu’il était calme, défensif et doué techniquement, après seulement sept matchs de championnat, la carrière de ce jeune homme de 18 ans n’est guère plus qu’un début. Bien que la croissance soit encore importante, la possibilité d’un transfert gratuit cet été aura suscité l’intérêt des plus grands clubs français.

Christopher Operi – arrière gauche (Châteauroux – 23)

En raison des blessures subies au cours du dernier trimestre, à l’âge de 23 ans, c’est la première saison régulière de l’arrière gauche ivoirien Operi au niveau senior. Comme beaucoup de jeunes joueurs émergeants en France, l’enthousiaste Operi a fait ses débuts en quatrième et cinquième division, d’abord avec l’équipe B de Caen puis avec les réserves de son club actuel, le petit club du Val de Loire, Châteauroux. Explosif en attaque, il a même inscrit quelques buts cette saison. Operi pourrait bien jouer un rôle plus en avant, même si son entraîneur Nicolas Usai continue de dire qu’Operi a tout à gagner à jouer avec le jeu qui l’attend. Bientôt agent libre, St Étienne a été lié dès janvier et ne sera pas la seule équipe de Ligue 1 à vouloir s’adjuger cet été l’une des meilleures options de patron de deuxième division.

Pape Gueye – milieu de terrain central (Le Havre, 21)

La saison du Havre a été mouvementée. Le début féroce, alimenté par les buts de Tino Kadewere, a permis au HAC de s’imposer en septembre, mais il a été suivi d’une série de neuf matches sans victoire avant de remporter cinq victoires au cours des sept suivantes. Seule la forme du milieu de terrain général Pape Gueye a été constante. En dépit de son jeune âge, Gueye dicte avec force le jeu en protégeant ses quatre arrières tout en rassemblant les joueurs autour de lui. Capitaine de l’équipe à l’occasion, Gueye a rapidement mûri au-delà de son âge et, comme Bade, il est peu probable qu’il signe un nouveau contrat avec Le Havre. En route pour Watford cet été, les comparaisons avec Paul Pogba ne sont pas injustifiées.

Cheick Doucouré – milieu de terrain central (RC Lens, 20 ans)

Bien qu’il n’ait eu que 20 ans en janvier, Doucouré a joué un rôle important dans les tentatives de retour en Ligue 1 de Lens depuis qu’il a signé au Real Bamako avant la campagne 2018/19, mais son développement s’est accéléré ces derniers temps. Habituellement dynamique, protecteur ou porteur d’eau, Doucouré est devenu l’un des trois défenseurs centraux de Philippe Montanier (avant son licenciement en février), après avoir fait partie d’une solide équipe malienne lors de l’AFCON de l’été dernier. Bien que son manque de sorties en équipe première à ses postes naturels cette saison soit préoccupant, 57 matches en équipe première d’une qualité aussi constante est un record impressionnant à ce stade.

Enzo Le Fee – milieu offensif (FC Lorient, 20 ans)

L’élégance planante et roulée en chaussettes d’Enzo Le Fee équivaut peut-être au talent le plus passionnant de ce onze. Bien qu’il n’ait fait ses débuts qu’au dernier jour de la saison dernière, Le Fee s’est rapidement forgé une place dans la solide équipe de Christophe Pelissier à Lorient. Intelligent dans la possession de balle, doté d’une technique évidente et d’une grande variété de passes, Le Fee est à l’aise en tant que milieu de terrain le plus avancé ou le plus profond dans la salle des machines de son équipe. Il n’a eu que 20 ans en février et sa régularité doit être améliorée, tout comme son physique, mais la façon dont Le Fee évolue dans l’entrejeu est comparable à celle de certains des plus grands créateurs français. Il pourrait un jour devenir leur pair.

Amine Bassi – milieu de terrain offensif (AS Nancy, 22 ans)

D’abord jeté dans l’équipe première après l’échec de Nancy de Pablo Correa dans sa tentative de survie en Ligue 1 2016/17, Bassi a assumé une grande responsabilité créative en Lorraine après une série de superbes frappes individuelles à l’automne suivant. Bien qu’un peu gaspilleur par moments, la présence insaisissable de Bassi dans la zone – soit en tant que numéro 10, soit en dérivant de la gauche, l’œil pour le but et les passes soignées ont fait du Français une rare étincelle de qualité alors que Nancy luttait à deux reprises contre la relégation. L’ASNL a eu la chance de garder Bassi un an de plus après des difficultés financières et la tentative du joueur de forcer un déplacement. Ils n’auront pas cette chance à nouveau.

Vagner – ailier (AS Nancy, 24 ans)

Bien qu’il soit l’un des plus grands clubs de la division, le Nancy d’Alan Perrin se dirigeait vers une relégation apparemment inévitable en janvier 2019 avant que l’attaquant brésilien Vagner ne soit prêté par St Étienne. Bien que son inclusion dans la première équipe des Verts ait été éphémère, il avait tranquillement impressionné avant de devenir un dommage collatéral dans un remaniement de l’entraînement. Intense, direct, visiblement affamé et impitoyablement habile, c’est grâce à la série de performances dominantes de Vagner au cours de quatre victoires consécutives que Nancy a finalement conservé sa place en Ligue 2. Bien qu’une grave blessure à la cheville en novembre ait mis fin à sa carrière, l’été pourrait être intéressant pour ce talent discret.

Tino Kadewere – attaquant (Le Havre, 24 ans)

Léthargique, léthargique et manquant de confiance après avoir rejoint les blessés suédois la saison dernière, le finisseur clinique Tino Kadewere est aujourd’hui inimaginable. Après avoir inscrit 20 buts en 24 matches, un déménagement à Lyon s’impose après que l’OL a versé 12 millions d’euros en janvier avant de prêter l’international zimbabwéen à la promotion qui poursuit Le Havre. S’il parvient à maintenir sa forme tout en effectuant la transition vers une autre division, les 12 millions d’euros pourraient rapidement devenir une bonne affaire. Il est révélateur qu’un somptueux assistant en talons aiguilles à Troyes montre que Kadewere est plus qu’un simple braconnier.

A.W.