Apple et Google commencent à déployer des bêtas avec l’API de notification d’exposition


Apple et Google ont annoncé la sortie du premier logiciel bêta contenant la nouvelle API de notification d’exposition.

Les deux sociétés ont travaillé ensemble au cours des dernières semaines pour développer un cadre d’interface de programmation d’applications (API) avec des outils permettant de suivre et d’alerter les utilisateurs de smartphones d’une exposition potentielle à COVID-19. Dans le cadre de la première phase de l’outil, les autorités de santé publique devront développer des applications pour exploiter l’API, qui est conçue pour être interopérable entre iOS et Android. Pour en savoir plus sur les travaux d’Apple et de Google concernant l’API, cliquez ici.

Les représentants de la société ont déclaré que le logiciel bêta a été distribué aux autorités de santé publique du monde entier. Le logiciel devrait aider les développeurs à commencer les tests en prévision de la sortie complète de l’API à la mi-mai. En outre, Apple et Google espèrent que cette publication encouragera les réactions qui les aideront à améliorer la plateforme.

Apple prévoit de livrer la première version bêta de Xcode 11.5, une pré-version des outils de développement d’Apple qui contient une nouvelle version du kit de développement logiciel (SDK) d’iOS, le 29 avril. Le nouveau SDK comprend l’API de notification d’exposition. En outre, Apple a publié la version bêta 3 d’iOS 13.5, la première version de pré-version de son système d’exploitation mobile à contenir le code nécessaire à l’exécution d’applications conçues à l’aide de l’API de notification d’exposition.

De même, Google a livré sa mise à jour bêta des services Google Play avec l’API de notification d’exposition et le SDK qui l’accompagne en privé pour sélectionner les développeurs qui peuvent commencer les tests avec Android Developer Studio.

Apple et Google améliorent déjà l’API sur la base des commentaires reçus

En outre, les représentants des entreprises ont déclaré que la mise à jour inclut la possibilité de définir et de calculer les niveaux de risque d’exposition. Ce changement fait suite aux réactions des autorités de santé publique. La nouvelle capacité permettra aux applications de santé publique d’assigner des niveaux de risque d’exposition aux utilisateurs lorsqu’ils notifient une exposition potentielle.

Étant donné que tous les risques d’exposition ne sont pas les mêmes, c’est une bonne chose de la part d’Apple et de Google. Les autorités de santé publique pourront examiner les caractéristiques d’exposition recueillies par l’API, telles que la distance approximative et la durée d’exposition, et utiliser ces données pour modifier les notifications envoyées aux utilisateurs. En fin de compte, cela devrait permettre aux autorités de santé publique de fournir des conseils plus utiles et plus informatifs aux personnes potentiellement exposées au COVID-19.

Il est important de noter qu’Apple et Google affirment que le niveau de risque d’exposition sera calculé sur les appareils des utilisateurs de l’application et ne sera partagé avec aucune des deux sociétés.

Le 1er mai, les deux sociétés prévoient de publier des informations supplémentaires, dont un exemple de code pour aider les développeurs. En outre, Apple et Google fourniront des critères spécifiques pour le développement d’applications. Les entreprises continueront à ajouter des développeurs pendant la période d’essai.

Il reste à voir si les autorités de santé publique canadiennes adopteront l’API mise en place par Apple et Google, ou si elles se fraieront leur propre chemin. Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que les Canadiens seraient disposés à fournir des informations pour la recherche numérique des contacts. Quelle que soit la solution retenue par le gouvernement, la protection de la vie privée devra être intégrée.

Vous pouvez trouver les derniers documents de spécification d’Apple ici et de Google ici.