Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Connexion B2B dans l’automatisation des comptes créditeurs

Alors que le secteur des achats interentreprises a poursuivi sa quête d’une expérience similaire à celle des consommateurs en matière d’approvisionnement en produits, d’achats et de paiements en ligne, les paiements interentreprises ont encore un long chemin à parcourir avant de refléter la facilité et la rapidité des paiements d’égal à égal (P2P).

Des applications comme Zelle et Venmo ont introduit des attentes accrues des consommateurs pour pouvoir se connecter avec leurs pairs et envoyer et recevoir des fonds en quelques secondes. Mais les charges opérationnelles supplémentaires associées aux comptes fournisseurs (PA) rendent ce niveau de rapidité et d’efficacité largement impossible pour les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises qui manquent de ressources pour automatiser leurs systèmes.

Selon Pierre Dutaret, PDG et co-fondateur de FinTech, société française de comptabilité fournisseurs Libeo, la technologie est vitale pour permettre aux petites et moyennes entreprises (PME) d’élever leurs stratégies de PA. Mais tout aussi important, a-t-il déclaré à PYMNTS lors d’une récente interview, est l’établissement de connexions, non seulement entre les systèmes de back-office, mais aussi entre les acheteurs et les fournisseurs, afin de parvenir à une expérience de type P2P.

Connecter le back office

M. Dutaret a souligné les frustrations que rencontrent de nombreuses PME lorsqu’elles gèrent des paiements dans un cadre professionnel, dans un monde où les paiements des consommateurs sont devenus si efficaces.

“Aujourd’hui, vous pouvez payer un ami en une seconde gratuitement en utilisant une application de paiement mobile”, a-t-il déclaré. “Pour les entreprises, cela prend 10 minutes et coûte en moyenne 22 euros”.

Le manque de technologies automatisées à la disposition des PME, a-t-il ajouté, crée “une perte de temps, des erreurs humaines et une version erratique des finances”.

Historiquement, les petites entreprises passent trop de temps à saisir manuellement les données relatives aux factures et aux paiements pour payer les factures et enregistrer ces transactions financières, ce qui laisse aux professionnels le soin de basculer entre leurs portails bancaires en ligne, leurs plateformes comptables, leurs boîtes de réception de courrier électronique, leurs systèmes ERP et autres – en saisissant souvent les mêmes informations encore et encore.

Tout comme les applications de paiement P2P ont pu améliorer l’expérience des utilisateurs en se connectant directement à leurs comptes bancaires, M. Dutaret a déclaré que Libeo visait à apporter cette efficacité aux PME en créant une technologie de “couche hybride” qui s’appuie sur les comptes bancaires et les systèmes de back-office existants, permettant à son outil d’automatisation des paiements d’entreprise de s’intégrer via des API avec les plateformes d’ERP et de comptabilité, tout en prenant en charge les paiements SEPA intégrés directement depuis les comptes bancaires.

La technologie de l’entreprise a récemment attiré l’attention des investisseurs : au début du mois, Libeo a annoncé un tour de financement de 4,32 millions de dollars mené par la société britannique LocalGlobe, ainsi que par Breega et des investisseurs providentiels.

Mettre en relation les acheteurs et les fournisseurs

La connectivité bancaire est importante pour remédier aux cloisonnements des processus traditionnels d’achat-paiement, mais l’optimisation des processus de comptabilité fournisseurs ne peut être réalisée sans que les PME et leurs fournisseurs de technologie ne s’attaquent également aux frictions du côté des fournisseurs.

Selon M. Dutaret, le fait d’assurer la connectivité non seulement avec les comptes bancaires des acheteurs, mais aussi avec ceux des fournisseurs, permet à ces derniers de recevoir les fonds là où ils le souhaitent. En remédiant aux inefficacités opérationnelles du côté des PA, les acheteurs des petites entreprises sont mieux à même de répondre aux besoins de trésorerie de leurs fournisseurs également.

“En Europe, un quart des faillites sont causées par des retards de paiement”, a-t-il déclaré, soulignant également le manque d’informations dont les vendeurs ont besoin pour traiter les paiements, comme les numéros de référence des banques, qui est un autre domaine clé de friction auquel les fournisseurs B2B sont confrontés.

Permettre l’efficacité des paiements interentreprises signifie améliorer la connexion entre l’acheteur et le fournisseur. Bien que les comptes fournisseurs puissent ne jamais évoluer complètement vers un processus qui reflète exactement celui d’une application mobile de paiement P2P, en assurant l’intégration des paiements et des données dans les back-offices des acheteurs et en favorisant la connectivité entre les acheteurs et les fournisseurs, les transactions financières interentreprises peuvent mieux réaliser les mêmes gains d’efficacité que les transactions P2P numériques.

“C’est une question de communication, [and ] avoir les bonnes données sécurisées”, a déclaré M. Dutaret. “De bonnes relations entre le client et le fournisseur sont bonnes pour les affaires”.

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.