Selon Barclaycard, 7 millions de personnes de plus qu’avant utilisent le sans contact aujourd’hui COVID-19


Banque numérique

La valeur moyenne des transactions sans contact est également passée de 9,28 £ en 2019 à un peu moins de 14 £ aujourd’hui.

Selon Barclaycard, 7 millions de personnes de plus qu'avant utilisent le sans contact aujourd'hui COVID-19

Source de l’image : Rob Cameron/Barclaycard

Barclaycard a annoncé ce matin qu’elle avait aidé 7 millions de clients supplémentaires à payer en utilisant le sans contact suite à l’apparition de la pandémie de coronavirus.

Barclaycard, qui traite la moitié des paiements sans contact au Royaume-Uni, a déclaré que 43 % des transactions entre 30 et 45 livres sterling sont désormais sans contact

Cela fait un peu plus d’un mois que la limite sans contact a été portée de 30 à 45 livres sterling pour aider à prévenir la propagation du coronavirus.

Suite à l’introduction de la limite supérieure, la valeur moyenne des transactions sans contact est passée de 9,28 £ en 2019 à un peu moins de 14 £ aujourd’hui.

De même, la valeur moyenne de toutes les nouvelles transactions sans contact dépassant la limite précédente de 30 £ est désormais légèrement inférieure à 36 £ et le montant total dépensé en utilisant le sans contact au-delà de 30 £ dépasse déjà 264 millions de £.

Rob Cameron, PDG de Barclaycard Payments, a déclaré “Nous voulons jouer notre rôle pour aider à prévenir la propagation de COVID-19, c’est pourquoi nous sommes ravis d’avoir atteint 7 millions de transactions aussi rapidement”.

“Nous pensons que le sans contact est le moyen le plus sûr, le plus rapide et le plus responsable de payer en magasin, et nous encourageons tous les consommateurs à profiter de la nouvelle limite supérieure lorsque cela est possible”, a-t-il ajouté.

La nouvelle limite sans contact est actuellement disponible dans les commerces essentiels, tels que les supermarchés, les pharmacies et les stations-service, mais Barclaycard espère l’étendre à d’autres secteurs en temps utile.

S’inscrire à la newsletter quotidienne des perturbateurs