Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Les sénateurs demandent des prêts PPP garantis pour les PME

La sénatrice américaine Amy Klobuchar (D-Minnesota) et 21 de ses collègues du Sénat demandent instamment au Trésor américain et à la Small Business Administration (SBA) de s’assurer que la dernière série de Les fonds du Programme de protection des salaires (PPP) parviennent aux petites entreprises qui en ont besoin.

“Les petites entreprises et leurs travailleurs sont soumis à un stress incroyable en ce moment, et nous devons continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider à rester en activité et à maintenir leurs travailleurs employés”, selon la lettre du 27 avril adressée au secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et à l’administrateur de la SBA Jovita Carranza. “Alors que les propriétaires de petites entreprises attendent la distribution du financement supplémentaire prévu pour le programme … il est essentiel que le financement fourni par le Congrès soit utilisé pour fournir des prêts aux entreprises dont les propriétaires et les employés sont réellement menacés par la pandémie”.

Les porte-parole du Trésor et du SBA n’ont pas répondu à une demande de commentaires.

La semaine dernière, le Congrès a adopté 310 milliards de dollars d’argent frais pour le PPP, dont 60 milliards de dollars réservés aux petits prêteurs. Il fait suite à la mesure initiale qui a vu ses fonds s’épuiser en moins de deux semaines.

Le SBA a commencé à recevoir des demandes lundi (27 avril) pour la deuxième série de prêts-subventions après que le président Donald Trump ait signé le projet de loi vendredi (24 avril). Le lancement a été lent, car le site web du SBA a été submergé de demandes.

Les rapports publiés ont révélé que la distribution du premier cycle de financement ne s’est pas limitée aux petites entreprises en difficulté qui avaient vraiment besoin d’argent pour rester ouvertes, ont écrit les sénateurs.

“Pour ces raisons, nous vous demandons instamment de mettre en place des mécanismes de contrôle solides pour identifier les cas d’enrichissement injustifié. Il ne s’agit pas seulement d’éradiquer la fraude et les abus – le financement de ce programme, que nous soutenons, est nécessairement limité”, indique la lettre. “Chaque prêt qui apporte une aubaine à un demandeur qui n’en a pas vraiment besoin se traduit par un prêt de moins pour un propriétaire de petite entreprise en difficulté dont les employés pourraient être réellement aidés par ce financement”.

En plus de Klobuchar, ancien candidat démocrate à l’élection présidentielle, la lettre a été signée par Sens. Kirsten Gillibrand de New York, Kamala Harris de Californie, Bernie Sanders du Vermont et Elizabeth Warren du Massachusetts.

La lettre a également été signée par les sénateurs Tammy Baldwin (D-Wisconsin), Richard Blumenthal (D-Connecticut), Catherine Cortez Masto (D-Nevada ), Dick Durbin (D-Illinois), Tammy Duckworth (D-Illinois), Dianne Feinstein (D-Californie), Mazie Hirono (D-Hawaii), Angus King (I-Maine), Patrick Leahy (D-Vermont), Edward Markey (D-Massachusetts), Jeff Merkley (D-Oregon), Chris Murphy (D-Connecticut), Jack Reed (D-Rhode Island), Tina Smith (D-Minnesota), Thomas Udall (D-Nouveau Mexique), Chris Van Hollen (D-Maryland) et Ron Wyden (D-OR).

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.