Les coronavirus vont-ils pousser les grandes banques à se tourner vers Fintech ?


Les banques traditionnelles n’ont pas l’habitude d’agir rapidement, mais les coronavirus vont-ils changer cela ? Aisling Finn, d’AltFi, en doute.

Les coronavirus vont-ils pousser les grandes banques à se tourner vers Fintech ?

Source de l’image : Photo par Expect Best de Pexels

La pandémie de coronavirus en cours a provoqué des troubles économiques dans le monde entier, les pays s’étant enfermés pour lutter contre sa propagation.

Les fintechs britanniques ont déjà fait preuve de souplesse en créant des programmes et des projets secondaires destinés à aider les personnes souffrant de la pandémie.

A la lumière de cela, j’ai fait une fouille pour voir si le coronavirus va enfin pousser les banques traditionnelles vers fintech.

La tête dans les nuages

L’instruction du gouvernement britannique selon laquelle tous les employés non essentiels devaient travailler à domicile, s’ils le pouvaient, n’a fait que peu ou pas de différence pour les fintechs britanniques (à part le fait de ne pas avoir à se rendre au bureau).

Le travail à distance est beaucoup plus facile lorsque vous disposez de systèmes basés sur le cloud et que le personnel utilise des ordinateurs portables comme le font tant de fintechs.

Il y a quelques semaines, le PDG de Thought Machine, Paul Taylor, a déclaré à AltFi : “Chaque événement de ce type pousse les banques à réaliser qu’elles doivent vraiment se mettre au top des opérations bancaires dans le nuage une fois pour toutes”.

Tout au long de cette pandémie, la fintechs AltFi a déclaré à tous que le travail à domicile n’avait pas eu beaucoup d’impact sur leurs activités quotidiennes, certains ayant même accéléré les campagnes de recrutement pour faire face à l’augmentation du trafic.

C’est cette souplesse et cette capacité d’adaptation rapide qui rendent la banque numérique si attrayante pour tant de personnes et si facilement traduisible en chiffres réels.

Tout est dans les chiffres

En attendant, ce n’est un secret pour personne que les banques essaient de numériser leurs offres depuis un certain temps déjà – avec des sociétés comme Natwest (Bó et Mettle) et Goldman Sachs (Marcus) qui ont lancé leurs propres banques numériques.

Même aujourd’hui, les banques continuent de recourir à des réunions en personne pour l’ouverture de comptes ou l’approbation de prêts, alors que les banques numériques ont perfectionné le processus d’embarquement numérique, il suffit de télécharger l’application, de vérifier votre identité et vous êtes sur la bonne voie.

Cela se reflète également dans les données.

Monzo, PayPal et Barclays ont été les applications financières les plus téléchargées en mars 2020, avec une moyenne hebdomadaire de téléchargements d’applications financières qui a fait un bond de 20 % par rapport à mars de l’année dernière.

On peut le dire : “Mais, Barclays est une banque traditionnelle”, et oui, c’est le cas. Cependant, Barclays a l’une des stratégies les plus complètes de tous les opérateurs historiques, centrée sur la technologie.

Et plus de 21 000 personnes ont fait de Monzo leur principal compte bancaire l’hiver dernier, ne suivant que les 25 000 de Nationwide. À titre de comparaison, Monzo n’a que cinq ans avec 4 millions de clients et Nationwide a 134 ans avec 15 millions de membres.

Monzo, Revolut et Starling, les trois grandes banques numériques britanniques, ont accumulé collectivement plus de 15 millions de clients, et ce chiffre devrait encore augmenter.

Ce sont ces innovations et ces subtiles modifications de notre façon de faire des affaires bancaires qui ont rendu les banques numériques si attrayantes pour les consommateurs britanniques.

L’indice est dans le nom

Les banques en place sont lourdes et, pour ma part, je reste sceptique quant à la mesure dans laquelle elles adopteront Fintech malgré la pandémie actuelle de coronavirus.

Ils pourraient accepter de nouveaux procédés à court terme pour faire face aux problèmes immédiats, mais je doute fort que le coronavirus fasse basculer les banques. Ils sont tout simplement trop volumineux pour être numérisés au même rythme que leurs homologues numériques.

L’avenir de la banque n’est plus celui des vieux financiers comme George Banks de Mary Poppins, mais plutôt celui des jeunes entreprises qui se déplacent plus rapidement, qui ont vu une lacune dans le marché et qui ont fait le saut pour la première fois depuis très longtemps, donnant ainsi aux banques traditionnelles une chance de s’en sortir.

Presque immédiatement après l’épidémie, nous avons vu fintechs construire de nouveaux produits et accorder des concessions aux clients, alors qu’il a fallu beaucoup plus de temps aux grandes banques pour se mobiliser et aider les clients dans le besoin.

Malgré le besoin d’innovation, je ne pense pas que le coronavirus poussera les banques traditionnelles vers fintech, mais pas par manque d’essai.

S’inscrire à la newsletter quotidienne des perturbateurs