Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Le temps est-il venu de mettre en place des chaînes de paiement bloquées par le gouvernement ?

Rien n’apporte l’argent en tête comme la saison des impôts – et les remboursements d’impôts et les paiements de relance, versés à la suite d’une pandémie connue sous le nom de coronavirus.

Les billions de dollars de fonds de relance et de remboursements d’impôts accordés aux familles, aux particuliers et aux entreprises arrivent – mais lentement.

Très lentement.

Les premières vagues de chèques de 1 200 dollars (pour les particuliers) ou 2 400 dollars (pour les couples) et de 500 dollars (par enfant), pour les contribuables, ont commencé à arriver sur les comptes bancaires plus tôt dans le mois.

Mais il faudra des semaines pour que tout l’argent parvienne à tout le monde, un délai qui sera probablement repoussé car les chèques papier sont envoyés par la poste aux millions de bénéficiaires qui n’ont pas de dépôt direct auprès de l’IRS. Comme la Réserve fédérale l’a indiqué la semaine dernière, ce délai pourrait même se transformer en mois en raison des exigences liées au traitement de 5 millions de chèques par semaine.

Le chèque, donc, est dans le courrier proverbial, moins qu’optimal, pour les personnes qui ont besoin d’accéder à des fonds en ce moment.

Remboursements d’impôts ? Un pourcentage important est mis en attente alors que l’IRS s’efforce de s’attaquer en premier lieu aux paiements de relance. L’IRS est également confronté à des problèmes de communication entre les services et à la difficulté de faire travailler tout le monde à domicile.

Dans une interview avec Karen Webster, Mike Cagney, PDG et co-fondateur de Figure Technologies, a déclaré que les inefficacités soulignent les défis liés à l’utilisation d’une infrastructure de paiement grinçante, infrastructure pour laquelle “l’héritage” pourrait être une description trop aimable, même par le gouvernement lui-même à une époque où les crises macro-économiques frappent avec une ampleur et une fréquence alarmantes et où les paiements sont en grande partie effectués en ligne. La conversation s’est déroulée dans le contexte des vulnérabilités des services financiers et des infrastructures de paiement qui ont fait surface suite aux points de pression liés aux coronavirus.

Cagney a déclaré que, pour cette raison, le terrain peut être préparé pour une révision du statu quo des paiements du gouvernement, accélérée par l’innovation, et, en particulier, par la chaîne de blocage. C’est une lourde tâche, mais qui doit être abordée le plus tôt possible.

“Tout ce qui se passe pourrait arriver à n’importe qui”, a déclaré M. Cagney à M. Webster à propos des défis posés par la pandémie. “Mais pour le meilleur ou pour le pire, le stimulus va être le catalyseur pour forcer cette conversation au premier plan”.

Le dollar numérique

Cette conversation, a noté M. Cagney, commence avec la notion de “dollarisation numérique” des paiements, qui fait partie d’un changement d’infrastructure plus vaste qui, selon lui, est aujourd’hui plus qu’un sujet de conversation passager à Washington.

“C’est une chose à laquelle nous sommes très attachés et que nous essayons de faire progresser”, a-t-il déclaré.

Mais l’adoption du dollar numérique, a-t-il averti, ne se fera probablement pas par la voie envisagée par certains législateurs, dans une poussée de type “on-againe-off-again” qui a été une caractéristique des récents projets de loi de relance.

Selon ces propositions, les comptes bancaires des consommateurs seraient établis à la Réserve fédérale, ce qui permettrait d’émettre et de recevoir des dollars numériques.

“Il n’est pas réaliste de gérer 20 millions de comptes bancaires de détail” à la Fed, a affirmé M. Cagney, surtout avec l’infrastructure nécessaire pour soutenir de solides activités de connaissance du client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d’argent (AML). “C’est un cauchemar qui attend de se produire avec la quantité de fraude qui pourrait s’y produire”.

L’émission de dollars numériques, a dit M. Cagney, signifie avoir un compte à la Fed ou dans une autre banque qui détient cette devise, et un grand livre pour chaque personne, avec la bonne loi sur le secret bancaire (BSA) et l’infrastructure de lutte contre le blanchiment d’argent en place.

Il faut, en plus de cette infrastructure, un système de suivi des performances des applications (ACH, NFC ou application) qui s’installe dans le grand livre ou le compte unique.

“Cette [approach] ne met pas la Fed hors de sa zone de confort”, dit-il, “et c’est en plein milieu de ce que fait la Fed”.

Parmi les avantages d’un grand livre en chaîne, a-t-il ajouté, figure le fait que les parties à une transaction n’ont pas à payer de frais d’interchange. Les transactions peuvent être effectuées au moyen de codes de réponse rapide (QR) ou de transactions NFC, les parties incitant les consommateurs à utiliser ces rails.

Cagney a qualifié les chaînes de magasins et les dollars numériques de “retournement de paradigme” qui sera finalement surmonté – malgré le fait que presque tous les systèmes de paiement de détail destinés aux consommateurs qui ont essayé de construire de nouveaux rails qui contournent les rails traditionnels des cartes comme moyen d’économiser des frais ont largement échoué. Les consommateurs aiment leurs cartes, leurs récompenses et leur acceptation omniprésente.

Pourtant, Cagney estime que les commerçants qui utilisent ce système fondé sur une chaîne de magasins auront les moyens d’encourager les consommateurs à changer de fournisseur. Selon lui, il suffira d’obtenir l’adhésion de quelques clients clés “de marque” disposant d’une large clientèle et qui interagissent au sein de ces écosystèmes pour faire fonctionner le volant d’inertie et atteindre une masse critique.

Même si, il l’a dit, nous en sommes loin.

Un cas d’utilisation plus immédiat qui pourrait également fournir des vents arrière supplémentaires, a expliqué M. Cagney, est l’utilisation de rails en chaîne et de dollars numériques pour distribuer des bons d’alimentation, par exemple. Cela contribuerait grandement à éliminer le marché noir qui existe actuellement pour les bons d’alimentation utilisés pour acheter des choses comme le tabac et l’alcool.

Ce qui nous attend

Cagney a également souligné que le marché hypothécaire était un microcosme de l’inefficacité inhérente aux marchés financiers – un sous-ensemble qui peut effectivement être amélioré et rationalisé par des dollars numériques et par des chaînes de magasins.

Il a déclaré que le défi auquel est confronté le secteur des prêts hypothécaires est que “vous n’avez aucune idée si les prêts hypothécaires que vous avez achetés, que ces personnes paient ou non”.

Des agences comme Fannie Mae et Freddie Mac vendent ce que l’on appelle une “garantie de 55 jours”, ce qui signifie que près de deux mois après le paiement du prêt hypothécaire, les investisseurs reçoivent leur argent.

“Cela introduit une énorme quantité d’incertitude”, a-t-il déclaré.

D’autres marchés, tels que le marché des prêts hypothécaires de premier ordre, ont complètement fermé (avec un impact disproportionné sur les marchés côtiers américains où ces prêts hypothécaires sont ancrés). En effet, les banques ne savent pas comment fixer le prix de ces prêts, alors qu’il faut 30 jours pour voir arriver l’argent d’un paiement de l’emprunteur, et que les marchés secondaires se sont taris.

Tout cela se traduit par un manque de transparence et de découverte des prix, a-t-il dit, sans parler d’un manque de liquidité. L’effet d’entraînement est que les gens ne sont pas en mesure d’utiliser l’argent liquide qui pourrait être immobilisé dans leur maison par le biais, par exemple, de lignes de crédit sur la valeur nette de la maison.

L’idée que nous ne soyons pas à une “sécurité d’un jour” où j’ai une visibilité en temps réel est folle”, a-t-il déclaré à M. Webster.

Une partie du problème provient du travail laissé inachevé dans le sillage de la Grande Récession, où les acteurs des services financiers s’étaient engagés à améliorer la transparence et l’actualité des données, mais où un rebondissement de l’économie a court-circuité ces efforts.

“L’idée que nous allions vivre cela une fois par décennie n’a jamais été dans l’esprit de personne”, a déclaré M. Cagney.

Mais il faut d’abord faire les choses. Il y a des feux qui brûlent et qui doivent être éteints. Cette fois-ci, c’est différent, comme le montre l’ampleur de l’effondrement financier auquel nous sommes confrontés. Les marchés financiers, dit-il, ont tendance à avoir un “effet réciproque” sur la macroéconomie réelle, créant une boucle de rétroaction négative qui peut se prolonger pendant un certain temps.

En examinant les défis les plus immédiats, et en faisant un clin d’œil à l’effondrement du marché hypothécaire, M. Cagney a déclaré que les choses sont sur le point de devenir vraiment horribles.

Nous n’avons jamais connu une telle contraction économique, a-t-il fait remarquer, surtout si elle s’est imposée d’elle-même par le biais de l’enfermement et de la distanciation sociale.

Cagney a averti qu’il n’y a aucun moyen d’actionner un interrupteur et de revenir à la normale, pas tant que les demandes d’allocations de chômage continuent à se multiplier dans tous les secteurs. En ce qui concerne les agences du secteur des prêts hypothécaires, 5 à 10 % des détenteurs de prêts hypothécaires sont actuellement en abstention ou demandent une abstention, a-t-il déclaré.

C’est un plus grand succès que celui de la Grande Récession. Et tout le monde peut deviner ce qui va suivre. Mais s’il y a quelque chose de certain, c’est que le statu quo va probablement céder.

Comme l’a dit Cagney à Webster : “Malheureusement, tout ce qu’on nous a enseigné en macroéconomie il y a 20 ans s’est avéré faux il y a 10 ans. Et nous ne pouvons pas nous y fier maintenant”.

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.