Le président lyonnais Aulas va réclamer des millions de dollars de dommages et intérêts, le club ayant manqué le football européen pour la première fois en 25 ans


« Retour

S’adresser à Le Progrès et le AFPLe président de Lyon, Jean-Michel Aulas, a répondu à l’annonce faite par la LFP que la campagne 2019/20 se terminait officiellement aujourd’hui et que le classement final serait établi à la fin de la 28e semaine de match.

Dans cette configuration, l’OL se classe 7e et manque donc le football européen la saison prochaine pour la première fois depuis 25 ans, à moins que le club ne batte le PSG en finale de la Coupe de la Ligue, auquel cas il accéderait à la Ligue européenne pour 2020/21, ou qu’il ne remporte la Ligue des champions (N.B. l’actuel chef de la Juventus en huitième de finale, 1-0).

“Nous contestons cette décision sur trois points. L’arrêt de la ligue décidé par la LFP sur la base d’un certain nombre d’informations qui n’ont pas été décrétées par le gouvernement français, notamment avec les récentes déclarations de la ministre des sports (Roxana Maracineanu), sur le fait de pouvoir jouer à huis clos et devant moins de 5 000 personnes. Nous constatons que la LFP a agi très rapidement pour arrêter la ligue. Nous avons également mis au point plusieurs autres scénarios, avec des éliminatoires qui auraient pu intéresser plusieurs chaînes de télévision”.

“La décision que la ligue a prise d’évoluer en fonction des critères de classement choisis par la FFF, qui n’a en fait fait fait gagner aucun titre (dans les ligues amateurs en adoptant le format des points par match pour finaliser le classement de la ligue). On voit que ce mode de classement n’est pas logique. Je ne veux pas attaquer un club plus qu’un autre, mais Nice (5e) a joué plus de matchs à domicile que nous et a joué une fois contre le PSG, alors que Lyon les a joués deux fois. Ce n’est pas une décision sans conséquences, comme pour les clubs amateurs. Les enjeux sont considérables. Au cours des dix dernières années, Lyon a rattrapé au moins trois fois son retard sur la deuxième place, alors qu’il se trouvait à plus de dix points. C’est nous priver d’une opportunité très importante, de grande valeur (financière). Nous allons demander des dommages et intérêts, qui s’élèvent à plusieurs dizaines de millions d’euros”.

“Noël Le Graët doit faire face aux conséquences en tant que président de la FFF. Sa gestion ici était médiocre. Il y a eu des décisions mal réfléchies. Les relations avec les chaînes de télévision étaient surprenantes. La gouvernance pendant cette période était douteuse, presque tous les présidents (des clubs) le pensent. Il y a un certain nombre de choses qui n’auraient pas dû arriver et nous allons en rester là”.