Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

De la Mega Drive à Dreamcast en passant par Saturn, throwback sur les consoles Sega de notre enfance

Les consoles de jeu Sega ont marqué la jeunesse des années 80-90. Tendance et ludiques, ces consoles proposent aussi des jeux diversifiés pour répondre aux demandes du public. Voici un tour d’horizon de ces consoles Sega.  

consoles Sega

Master System

SMS ou Sega Master System est la console de jeux vidéo troisième génération de la marque nippone. Lancée pour la première fois en 1985, le Master System a été vulgarisé au Japon, en Amérique du Nord, en Europe et au Brésil.

La console lit les cartouches de jeu et les Sega cards qui sont des cartes mémoires utilisés pour le stockage des jeux. D’autres versions de la Master System sont aussi compatibles avec le pistolet optique, les lunettes stéréoscopiques qui fonctionnent avec une gamme de jeux bien codée.

Cette troisième génération est la concurrente directe de la Nintendo Entertainment System (NES). Mais à la différence de cette dernière, elle est basée sur un matériel informatique doté qu’une technologie plus avancée.

Pourtant, le SMS n’a pas su séduire la clientèle japonaise et nord-américaine comme la NES. La raison de son échec dans ces deux pays était surtout sa ludothèque moins riche qui manque plusieurs titres. Heureusement, elle connaît plus de succès en Europe et au Brésil célèbres.

Mega Drive

Également connue sous le nom de Sega Genesis, la Mega Drive est une console de jeux. Il s’agit de la troisième console de Sega, une entreprise japonaise Sega Enterprises, Ltd. Cette console de jeux de quatrième génération a vu le jour en 1988.

Cette console est le fruit du travail d’une équipe de recherche et développement. Elle intègre un hardware adapté du système 16 pour borne d’arcade. Un système qui supporte une ludothèque composée de près de 900 jeux Sega.

Les deux principaux rivaux de la Mega Drive étaient la Super Nintendo de Nintendo et la PC-Engine de NEC. Au Japon, la concurrence a eu raison de la Mega Drive. Heureusement, il a eu un positionnement dominant en Amérique du Nord et en Europe.

Outre les portages et les jeux vidéo d’arcade, c’est la série Sonic the Hedgehog qui a aussi contribué au succès de la Mega Drive auprès de ses jeunes adeptes. D’ailleurs, ces derniers considèrent la Mega Drive comme une console cool pour les adolescents.

Saturn

Le Saturn est la cinquième génération de console de jeu vidéo conçu et commercialisé par Sega. Il s’agit de la quatrième console de salon proposée par l’entreprise japonaise. C’est la console Sega qui succède à la Mega Drive et qui a été pour la première fois lancée en 1994 au Japon.

Côté caractéristiques techniques, cette console présente une architecture renfermant huit processeurs : deux processeurs graphiques, deux microprocesseurs et une option audio. Pour cette console de salon, les jeux sont disponibles au format CD-ROM.

Quant à la ludothèque de Saturn, sachez qu’elle renferme toute une panoplie de jeux dérivés de l’arcade. Mais vous pouvez tout de même tomber sur des titres originaux. Face à la Nintendo 6, Saturn a eu du succès au Japon, non en Amérique.

Malgré son franc succès au Japon, cette console est vue par Sega comme un échec commercial. Sa production a d’ailleurs été arrêtée en 1998. Et ce, même si elle a connu des heures de gloire à Japon. Pourtant, c’est avec la Saturn qu’on pouvait jouer à certains jeux emblématiques.

À citer, on distingue particulièrement Nights into Dreams, Sega Rally championship ou encore Daytona USA. On retrouve aussi les series Panzer Dragon, Virtual fighter et Virtua Cop.

Dreamcast

Après Saturn, Sega a proposé sur le marché la console Dreamcast en 1998. C’est la pionnière des consoles de sixième génération qui est arrivée bien avant ses concurrentes. En effet, Sega a devancé Sony et sa PlayStation 2, Microsoft et sa Xbox et Nintendo et sa GameCube.

Pour pallier aux coûts onéreux de la Saturn, la compagnie a opté pour des composants standardisés comme le CPU Hitachi SH4 et un GPU NEC PowerVR2. Pourtant, le public japonais n’a pas été très emballé par le produit.

Sinon, en Europe et aux USA, la Dreamcast a été très appréciée. Bien que les équipes marketing aient su lancer une grande campagne pour son lacement sur ces marchés, le public a rapidement oublié la console après les promesses de l’arrivée de celle de Sony, la PS2.

Ce qui entraîne une baisse considérable des ventes de Sega, entraînant des pertes financières colossales. Après cet échec cuisant, Sega a décidé de ne plus proposer de nouvelles consoles avant de se retirer complètement du marché.

Pourtant, la dreamcast fait déjà partie des consoles modernes dotées d’accessoires pratiques et performantes. Outre sa manette, son pistolet optique et sa dreameye, un appareil photographique numérique spécifique, la dreamcast peut être connectée avec un émulateur dreamcast.

En effet, cette console de jeu peut émettre un signal vidéo vu qu’elle peut être connectée avec bon nombre d’accessoires. Livrée avec des câbles RCA, des références de l’époque ou encore des adapteurs VGA, la console peut être jouée sur des écrans d’ordinateur ou des téléviseurs EDTV.