Les compagnies aériennes mettront jusqu’à 5 ans à se remettre : Le PDG d’Airbus – Skift


Le constructeur Airbus a averti que l’industrie de l’aviation pourrait mettre jusqu’à cinq ans pour retrouver les niveaux observés avant la pandémie de coronavirus, car des clients comme British Airways tentent d’assurer leur survie en supprimant des milliers d’emplois.

Le directeur général d’Airbus, Guillaume Faury, a averti mercredi qu’il pourrait falloir “trois à cinq ans” pour que les passagers soient aussi disposés à prendre l’avion qu’avant la crise.

a déclaré Faury : “Nous sommes maintenant au milieu de la crise la plus grave que l’industrie aérospatiale ait jamais connue.”

La pandémie a plongé l’industrie aérienne dans le chaos, les revenus des vols de passagers ayant été pratiquement anéantis. British Airways, un important client d’Airbus, a annoncé mardi soir son intention de supprimer 12 000 emplois, soit près d’un tiers de ses effectifs, en raison de l’effondrement de la demande.

Brian Strutton, le secrétaire général de l’Association des pilotes de ligne britanniques (Balpa), a déclaré mercredi à la radio de la BBC que les suppressions d’emplois n’étaient pas prévues à ce stade, étant donné les incertitudes qui entourent les perspectives de l’aviation.

Il a ajouté qu’un “manque de soutien gouvernemental” était l’une des raisons invoquées par British Airways pour justifier les licenciements. Les autres compagnies aériennes de la société mère International Airlines Group, telles qu’Iberia et Vueling en Espagne et Aer Lingus en Irlande, n’ont pas encore annoncé de suppressions d’emplois.

Au cours des trois premiers mois de l’année, Airbus n’a pas pu livrer plus de 60 avions à ses clients en raison des restrictions de quarantaine. Ce nombre devrait augmenter, car les compagnies aériennes négocient des retards dans les commandes pour tenter d’alléger les pressions financières.

Les bénéfices de base d’Airbus ont chuté de 49 % au premier trimestre de l’année pour atteindre 281 millions d’euros, tandis que les recettes ont chuté de près de 2 milliards d’euros pour atteindre 10,6 milliards d’euros.

Airbus a déjà suspendu son dividende, réduit sa production d’un tiers et licencié des milliers de personnes dans certains de ses sites clés, dont plus de 3 000 dans son usine d’ailes à Broughton, au nord du Pays de Galles.

Le fabricant, qui emploie 135 000 personnes dans le monde entier, envisage également de supprimer des emplois pour réduire ses dépenses. La société n’a pas encore révélé l’ampleur de sa restructuration en raison des incertitudes qui pèsent sur les plans des compagnies aériennes, mais elle a déclaré qu’elle aurait une meilleure idée des perspectives à moyen terme d’ici juin.

“Pour nous, la priorité urgente est de mettre en œuvre un plan de maîtrise des liquidités à court terme”, a déclaré M. Faury. “Nous le faisons, et nous adressons[ing] la structure des coûts à long terme pour “adapter” l’entreprise”.

Toutefois, M. Faury a déclaré que les perspectives à court terme brutales du constructeur étaient associées à un optimisme à plus long terme quant à la reprise et à la croissance de l’industrie aéronautique. Avant la crise, l’industrie aérienne prévoyait une croissance régulière du trafic aérien mondial.

Certaines compagnies aériennes considèrent la crise comme “une opportunité” d’accélérer le passage à des avions plus récents et à plus faibles émissions de carbone, a-t-il ajouté, faisant référence au défi potentiellement plus important à long terme pour l’industrie d’atteindre la neutralité carbone.

Tout en réduisant les dépenses de recherche et développement, Airbus poursuit la mise au point de son A321XLR, un avion “extra-long-courrier” qui peut produire des émissions et des économies.

Cet article a été écrit par Jasper Jolly du Guardian et a été légalement autorisé par le réseau d’éditeurs NewsCred. Veuillez adresser toutes vos questions sur les licences à legal@newscred.com.

Crédit photo : Un Airbus A319 de British Airways sur le stand du terminal 5 de Heathrow. Airbus