Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Les changements de la biométrie tentent les entreprises de commerce électronique

Alors que le passage au numérique continue de suivre le rythme des comportements d’achat post-coronavirus, la fraude dans le commerce électronique s’accroît avec lui. En fait, 22 % des personnes interrogées lors d’une récente enquête de l L’enquête de TransUnion a révélé qu’ils avaient été “ciblés par la fraude numérique liée à COVID-19”. La biométrie, qui mesure les caractéristiques physiques d’un individu pour valider son identité, a été présentée comme une solution potentielle à ce problème, mais en réalité, le jury ne s’est pas encore prononcé sur son efficacité immédiate.

“Le plus gros problème en matière de TI reste le fait que la plupart des entreprises ne peuvent pas défendre complètement leur sécurité de base”, explique Mike Cherry, expert et consultant en biométrie. “Même si vous avez le meilleur programme de biométrie disponible, vous devez quand même protéger la maison et je ne suis pas sûr que les entreprises de commerce électronique l’aient fait”.

En d’autres termes, un hack est un hack. Si le commerce électronique ne dispose pas d’une sécurité de base, aucune technologie biométrique au monde ne peut protéger l’identité et les données de ses utilisateurs. Cependant, après qu’une entreprise de commerce électronique a pris des mesures pour protéger sa sécurité générale, la technologie biométrique a fait des progrès. Les consommateurs la connaissent sous le nom d’empreinte digitale ou de reconnaissance faciale sur les cartes de crédit. Mais pour le commerce électronique, la biométrie se concentre presque exclusivement sur la validation de l’identité de l’utilisateur.

Par exemple, les différentes technologies distinguent l’identité des utilisateurs de différentes manières. Les mots de passe, qui sont facilement oubliés ou piratés, sont la méthode actuelle et la vague de fraude actuelle montre qu’ils sont généralement inefficaces. Les empreintes digitales, par exemple, ont été déployées comme marqueurs biométriques pour le commerce électronique. Si un utilisateur choisit de les utiliser (et toutes les plateformes de commerce électronique ne le permettent pas), le système n’autorisera l’accès à un compte qu’avec une correspondance exacte. La reconnaissance vocale s’est également avérée efficace.

“Par rapport à d’autres méthodes de vérification, les utilisateurs peuvent facilement trouver des microphones pour se connecter à leurs comptes plutôt que de payer pour des scanners d’empreintes digitales ou des caméras à iris”, a noté un récent blog de la société de technologie biométrique M2SYS. “Il s’agit d’un contrôle de sécurité peu coûteux pour les gestionnaires de sites web ainsi que pour les consommateurs”.

Mais même les systèmes actuels de reconnaissance vocale et d’empreintes digitales risquent de devenir obsolètes. BioCatch, un développeur de technologie de sécurité biométrique, a levé 145 millions de dollars lors de son dernier cycle de financement mené par Bain Capital Tech Opportunities. La technologie de l’entreprise permet de suivre le comportement des utilisateurs pour déterminer les fraudes. Selon l’entreprise, sa technologie est utilisée par plusieurs sociétés de services financiers. La société affirme qu’elle peut identifier les faux comptes ou les identités volées à l’embarquement grâce à des enregistrements vocaux.

“BioCatch s’est rapidement imposé comme un pionnier dans l’espace de l’identité numérique en développant une technologie de biométrie comportementale de nouvelle génération qui intègre des capacités de détection des fraudes et d’authentification pour protéger les utilisateurs finaux et leurs transactions les plus sensibles. Leur technologie est hautement applicable à d’autres secteurs verticaux que les services financiers qui ont le même besoin d’équilibrer la fraude et l’expérience de l’utilisateur”, a déclaré Dewey Awad, directeur général de Bain Capital Tech Opportunities.

Mais là encore, il n’y a pas de solution miracle pour la fraude dans le commerce électronique.

“Il existe une idée fausse selon laquelle l’authentification biométrique se traduit automatiquement par l’identification exacte de l’utilisateur”, explique BiometricUpdate. “En réalité, la vérification de l’identité ne se limite pas à la simple concordance d’un ensemble de données biométriques. L’un des plus grands problèmes est la capacité de corréler ces mesures à une source d’identité réelle qui a été établie et vérifiée par une autorité, comme le gouvernement. C’est là qu’intervient la vérification de l’identité. Alors que l’authentification biométrique peut indiquer qu’une personne qui tente de s’authentifier a les mêmes marqueurs biométriques que la personne déjà dans le système, la vérification de l’identité peut aider à prouver de façon concluante que la personne est bien celle qu’elle prétend être dans le monde réel”.

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.