Le Magazine Bons plans & Loisirs pour les Millennials

Le PPP n’est pas une panacée, mais il est crucial pour les perspectives des PME

De la saga en cours qu’est le Nous avons rapidement appris que 349 milliards de dollars ne sont qu’un acompte sur un secteur commercial américain revitalisé. Et comme le Congrès a récemment approuvé 310 milliards de dollars supplémentaires dans le cadre du PPP – 60 milliards de dollars étant destinés aux petits prêteurs – de nombreuses PME estiment que l’argent de l’aide est désormais une proposition gagnante pour elles.

PYMNTS a mené des sondages auprès des PME pendant la pandémie, et a suivi la baisse du commerce depuis que les chiffres de décès et les fermetures de villes font partie de la vie quotidienne en Amérique et dans le monde entier. Entre-temps, les plans de sauvetage ont été accueillis avec un mélange d’espoir et de doute. Le comportement des PME en matière de demandes de prêts reflète la confusion qui règne actuellement – et une certaine clarté.

Selon notre dernière analyse, “Le 6 avril, lors de notre précédente enquête, nous avons constaté que seulement 32,7 % des PME avaient demandé des prêts SBA – y compris, mais sans s’y limiter, des prêts PPP. Mais cette fois-ci, dans la dernière enquête d’avril, 41 % des PME ont déclaré avoir demandé des prêts PPP avant le 20 avril”.

Les PME qui ont reçu des prêts PPP se disent plus optimistes qu’avant l’arrivée de l’aide gouvernementale. Obtenir des prêts donne au moins une certaine confiance”, selon la dernière analyse, qui a révélé que “43,2 % des PME qui avaient déjà reçu des prêts PPP ont déclaré qu’elles étaient “sûres” de pouvoir survivre”.

Quant aux prêteurs auxquels les PME se sont adressées pour obtenir une aide dans le cadre d’un PPP, les banques nationales du marquis prennent le gâteau comme source n°1, suivies des banques communautaires et des coopératives de crédit (CU). “Un autre 27% a fait appel aux banques régionales”, selon la dernière analyse. “Parmi les entreprises qui n’ont pas demandé de prêts, près de 39 % de celles qui envisagent une aide au PPP ont déclaré qu’elles le feraient par l’intermédiaire des banques nationales. Moins de 2 % des entreprises qui n’avaient pas encore fait de demande ont déclaré qu’elles le feraient par l’intermédiaire de banques exclusivement numériques. Cela indique que les nouveaux venus du numérique qui cherchaient à détrôner les entreprises en place ont encore du chemin à parcourir avant d’obtenir une part importante des fonds contre les institutions financières traditionnelles (IF) en temps de crise”.

La majorité des propriétaires de PME (44,6 %) utiliseront leurs prêts PPP pour garder leur personnel employé et préparer la réouverture. Ce qui est plus révélateur, c’est la façon dont les propriétaires s’attendent à ce que les affaires changent lorsque le jour de la réouverture arrivera enfin. Plus d’un quart des personnes interrogées déclarent qu’elles conserveront certains des changements effectués pendant le pic de la COVID-19. Près de 39 % pensent que les changements seront assimilés, mais que les affaires reprendront sous une forme reconnaissable.

“Nous passons d’un monde hors ligne à un monde en ligne”, indique l’analyse. “Seulement 62 % des entreprises prévoient de conserver leurs sites physiques et de les utiliser “exactement” comme ils le faisaient avant la pandémie. Environ 11 % d’entre elles réduiront les espaces physiques qu’elles louent. Et 43 % dépendront davantage de leurs opérations en ligne pour générer des ventes qu’auparavant”.

“Après tout, comme l’indique une autre étude, The Post Pandemic Reset, des millions de consommateurs continueront à travailler, à faire des achats et à commander en ligne même après la fin de la pandémie”, poursuit l’analyse. “Ce changement sismique est en cours, alors même que les PME cherchent des moyens de subsistance financiers pour continuer à faire tourner les choses jusque-là”.

——————————

RAPPORT PYMNTS : GIG ECONOMY TRACKER – AVRIL 2020

Les entreprises investissent environ 11 heures de temps pour trouver des talents pour chaque 40 heures de travail qu’elles reçoivent. Cet écart devient rapidement d’autant plus intolérable que les entreprises ont du mal à recruter dans le cadre de la pandémie actuelle. Dans le dernier Gig Economy Tracker, Marlon Litz-Rosenzweig, co-fondateur et PDG de la plateforme de freelance WorkGenius, explique comment les places de marché sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre ce problème.