L’avenir du voyage, en 100 questions – Skift



Chez Skift, nous sommes fiers de décrypter et de définir l’avenir du voyage. En fait, c’est notre slogan depuis de nombreuses années. Avec la pandémie qui met un terme aux voyages de toutes sortes et qui risque de relancer les voyages à l’échelle mondiale, nous nous posons de nombreuses questions sur l’avenir de notre secteur.

Nous avons donc décidé d’écrire ces questions qui tourbillonnaient au sein de l’équipe Skift afin de stimuler l’introspection et le changement dans le secteur du voyage. Nous avons continué à les écrire et nous en avons trouvé plus de 100, 114 pour être exact.

Nos équipes de rédaction et de recherche Skift en sont aux premières étapes de l’exploration de ces questions depuis quelques mois à travers nos articles et nos rapports de recherche. Ces grandes lignes d’enquête définiront notre couverture de la reprise des voyages dans le monde dans les mois et les années à venir.

En fait, la réponse à la question hypothétique que j’ai posée au début de ce mois “Nous sommes en avril 2025 : Que dirait votre lettre sur les 5 dernières années de voyage” serait en grande partie déterminée par la façon dont l’industrie du voyage – et les voyageurs – répondent à ces questions ci-dessous. Creusez ci-dessous et envoyez-nous vos questions (ou vos réponses !) à 100questions@skift.com.

Questions générales

  1. Les voyages sont le secteur le plus conséquent au monde, comme nous l’a appris l’arrêt complet des voyages au cours des derniers mois. S’inscrit-il finalement dans le reste du monde après, ou devient-il plus insignifiant parce que les gens se rendent compte qu’ils peuvent s’en passer ?
  2. Quelle forme prendra la reprise de l’économie du voyage ? Sera-t-elle en avance ou en retard sur la reprise économique générale ?
  3. Quelle est la part de la demande de voyages qui est perdue de façon permanente, par rapport à celle qui est simplement retardée ?
  4. L’industrie du voyage va-t-elle perdre son arrogance après une décennie de gueule de bois en matière de croissance ? À quoi ressemble une industrie du voyage plus modeste ?
  5. Les voyages auront-ils leur moment de “mode rapide” – où les gens commencent à se concentrer sur la qualité, et non la quantité, de leurs voyages, et à réduire en conséquence ?
  6. Dans un monde qui connaît déjà une montée alarmante du nationalisme à travers le monde, une suspension soudaine des voyages internationaux empoisonne-t-elle encore plus le puits ? Le protectionnisme augmente-t-il encore plus vite lorsque le nombre de personnes capables d’entrer en contact direct avec des cultures étrangères et d’éprouver de l’empathie à leur égard diminue ?
  7. S’il y a un changement permanent dans le travail à partir d’une grande partie du monde du travail, le rêve des nomades numériques devient-il enfin une réalité, et comment cela va-t-il profiter au secteur des voyages ?
  8. Ou alors, l’incertitude et la peur qui entourent le virus signifient-elles la mort du mythe du “nomade numérique” ? De tels nomades se sont retrouvés dispersés dans le monde entier, sans être dûment enregistrés comme résidents ou versés dans un système de santé publique.
  9. Les gouvernements vont-ils réduire leur dépendance aux voyages ? Ou continueront-ils à privilégier la quantité plutôt que la qualité pour mesurer le succès du tourisme ?
  10. Les progrès des efforts de diversité au niveau des cadres des entreprises et des organisations de voyage s’arrêtent-ils lorsque la motivation première devient la survie ?
  11. Cela entraînera-t-il une ère de grande remise à plat des relations de travail dans le secteur des voyages, tous secteurs confondus ? Ou l’aggravera-t-elle ?
  12. Cette époque a stimulé l’automatisation de tous les aspects des voyages, la sécurité et les coûts devenant primordiaux ? Ou bien est-ce le contraire qui se produit lorsque la main-d’œuvre est si bon marché après cela qu’il ne sera pas très judicieux pour les entreprises d’investir dans l’automatisation ?
  13. Y aura-t-il une pénurie de main-d’œuvre à long terme dans le secteur des voyages, car les millions de personnes travaillant dans ce secteur ont été licenciées et pourraient ne pas revenir en raison des inquiétudes liées à la volatilité ?
  14. Le secteur du voyage va-t-il perdre quelques années des meilleurs ingénieurs techniques qui sortent des écoles, car ces jeunes professionnels préfèrent la sécurité perçue, la stabilité et la croissance à rebondissement rapide des entreprises d’autres secteurs ?
  15. La segmentation des consommateurs sera-t-elle de plus en plus importante, car la crise accentue les différences entre les différents types de voyageurs ?
  16. Maintenant que tout le monde apprend à apporter le voyage chez les gens, apprendront-ils à le monétiser ?
  17. Comment la phase de rêve et de planification du cycle d’achat des voyages va-t-elle changer ? Le contenu inspirant jouera-t-il un rôle plus important ?
  18. Qu’est-ce qui améliore enfin le service à la clientèle dans les voyages ?
  19. Cette phase va-t-elle accélérer la transformation numérique des grandes entreprises de voyage ?
  20. Qu’advient-il du comportement des membres du programme de fidélisation des voyageurs d’ici, et comment le programme de fidélisation change-t-il pour tenir compte du changement de comportement ?
  21. Qu’advient-il des magazines de voyage et des guides touristiques, déjà sur la courbe de déclin ? Est-ce que cela accélère l’inévitable pour eux ?
  22. À court terme, quel sera l’impact de l’épidémie sur l’accessibilité des voyages internationaux ? Ces voyages ne seront-ils plus un produit accessible au grand public, mais deviendront-ils plutôt un produit de luxe réservé à une élite ?
  23. En quoi cela change-t-il la volonté des voyageurs/citoyens de renoncer à une plus grande intimité personnelle (recherche de contrats, contrôles d’immunité aux frontières) en échange de plus de libertés/d’assurances que leur santé est protégée ?
  24. La baisse spectaculaire des émissions de carbone et du smog urbain observée lors de la perturbation économique COVID-19 entraînera-t-elle des changements significatifs dans l’attitude des politiciens et des consommateurs face à la crise climatique ? Ou toutes les habitudes reviendront-elles à la normale après la pandémie ?
  25. Questions sur la politique et les voyages sans frontières

  26. Les pays du monde vont-ils se réunir et mettre au point une sorte de passeport mondial pour s’assurer que les personnes qui présentent peu de danger pour leur santé puissent voyager sans problème ?
  27. Les régimes de visa qui ont été démantelés au cours de la dernière décennie, par le biais des visas électroniques et des voyages sans visa, sont-ils remis en vigueur pour des raisons de sécurité et de sûreté ?
  28. Les associations industrielles verront-elles une résurgence des adhésions et des cotisations parce que les entreprises qui en sont membres voient l’intérêt de faire du lobbying auprès des gouvernements et des décideurs politiques ?
  29. Les voyages et le tourisme vont-ils enfin devenir un enjeu politique et un programme des candidats politiques lors des élections dans le monde entier ?
  30. Compagnies aériennes et aéroports

  31. Comment le processus d’enregistrement dans les aéroports, les hôtels, les croisières, les parcs à thème ou toute autre attraction dans le domaine des voyages change-t-il ? Cela va-t-il changer pour le pire ou pour le meilleur ?
  32. Comment les compagnies aériennes qui ont restreint et limité l’espace pour les voyageurs de la classe économique au fil des ans évoluent-elles alors que le besoin de distanciation sociale se fait encore sentir pendant un certain temps ?
  33. L’ère des frais supplémentaires dont les compagnies aériennes ont été les pionnières au cours de la dernière décennie est-elle révolue, car les gens veulent simplement se concentrer sur les tarifs de base bas pendant un certain temps encore ?
  34. Est-ce enfin la mort des redoutables sièges du milieu des avions ?
  35. Les politiques d’annulation des compagnies aériennes, des hôtels et des croisières continueront-elles à être flexibles pour toujours à partir de maintenant, et pour combien de temps ?
  36. Comment cela affectera-t-il les vols ultra-long-courriers, continueront-ils sur la voie qu’ils ont commencée ou ce rêve sera-t-il abandonné ?
  37. Le marché fragmenté des compagnies aériennes en Europe va-t-il se consolider de la même manière que le marché consolidé des compagnies aériennes aux États-Unis, à mesure que les transporteurs les plus faibles font faillite, fusionnent ou se vendent ?
  38. Le commerce de détail dans les aéroports est-il d’autant plus avantageux que les gens passent plus de temps dans les aéroports en raison de l’augmentation des contrôles ?
  39. Combien de routes aériennes seront fermées à jamais ?
  40. Comment les salons d’aéroport vont-ils se reconfigurer pour la “distanciation sociale” et l'”assainissement”/la propreté ? Plus de buffets ? Plus de technologie d’enregistrement sans contact pour remplacer la remise des pièces d’identité ou d’autres objets physiques ?
  41. Y aura-t-il une concurrence massive sur les avantages des cartes de crédit de fidélité à gros frais (450 dollars par an) co-marquées, alors que les voyageurs de longue date reconsidèrent leurs options et ce qu’ils paieront une fois que les voyages reprendront ?
  42. Questions sur les hôtels/logements

  43. Y aura-t-il une reprise du service dans les hôtels, qui est en déclin depuis plus de dix ans ?
  44. Comment les entreprises hôtelières qui ont développé une attente pour les réservations directes et les tarifs initiaux non remboursables vont-elles s’adapter à un monde où de nombreux voyageurs veulent de la flexibilité jusqu’à la dernière minute ?
  45. Une certification de la propreté d’un hôtel sera-t-elle acceptée ?
  46. Les clés mobiles deviennent-elles enfin une réalité dans les hôtels ?
  47. L’hôtel F&B fait-il son retour car les gens veulent rester sur place ?
  48. Qu’advient-il de toutes les sous-marques que les chaînes d’hôtels ont lancées, y voit-on enfin une secousse ?
  49. Qu’adviendra-t-il des marques telles que CitizenM, Jo&Joe, poshtels, etc. qui encouragent l’interaction sociale et la vie en commun ?
  50. Les auberges se montreront-elles étonnamment résistantes, les jeunes n’ayant pas peur de la pandémie et retournant rapidement en voyage ?
  51. Y aura-t-il un regain d’intérêt pour les locations à court terme parce que les gens veulent avoir le contrôle de leur propre espace ? Ou bien veulent-ils la fiabilité d’un hôtel offrant suffisamment de services et d’hygiène ?
  52. Le modèle de masterlease est-il mort ? Les fournisseurs d’hébergement alternatifs comme Sonder, Lyric et d’autres licencient des personnes alors qu’ils se débattent sous la pression des baux de dix ans. Ce modèle commercial a-t-il jamais été viable et survivra-t-il ?
  53. Comment évoluent les programmes de voyage et d’hospitalité et les universités et collèges de tourisme ? Verrons-nous plus d’étudiants s’inscrire à ces programmes en raison de l’imminence d’une récession, comme c’est le cas lors de chaque récession, ou moins de jeunes se lanceront-ils dans une carrière dans le secteur des voyages en raison des pronostics d’un avenir sombre ?
  54. L’éducation virtuelle et les cours de formation à l’accueil connaîtront-ils un boom, alors que le secteur de l’accueil dans le monde entier a besoin de former rapidement le personnel aux nouvelles procédures ou, après la récession, de former de nouveaux travailleurs ?
  55. Les propriétaires d’hôtels seront-ils plus nombreux à décider de s’affilier à une franchise pour se placer sous le parapluie plus sûr d’une marque ou d’un programme de fidélité plus important ?
  56. Les grands investisseurs financiers vont-ils continuer à acheter des biens immobiliers hôteliers ? Est-ce que cela accélère la tendance vers les investisseurs institutionnels (c’est-à-dire que les chasseurs d’aubaines se précipitent) ou l’inverse, vers une plus grande propriété familiale (c’est-à-dire que les grands investisseurs sont grillés par la classe d’actifs) ?
  57. Questions sur le tourisme et les destinations

  58. Les voyages intérieurs connaissent-ils vraiment une forte augmentation comme tout le monde le prédit ?
  59. Une augmentation du tourisme local pourrait-elle aider les habitants à se rapprocher de leur histoire et de leur culture locales, entraînant une résurgence du prix civique ?
  60. Même les déplacements à l’intérieur d’un pays sont-ils plus limités lorsque les États ou les provinces dressent davantage de barrières pour ceux qui ne relèvent pas de leur juridiction ?
  61. Les régions rurales et éloignées sont-elles submergées par le fait que c’est le seul endroit où les gens veulent se rendre à partir d’ici pendant un certain temps ?
  62. Qu’arrive-t-il au sur-tourisme dans les villes ? Les villes seront-elles les dernières destinations touristiques à revenir, si jamais elles le font ?
  63. La crise va-t-elle accélérer la lutte contre le sur-tourisme alors que les résidents considèrent de plus en plus les étrangers comme une menace pour la santé ?
  64. L’Arabie Saoudite qui était sur le point de faire un pas de géant sur la scène touristique mondiale aura-t-elle une chance de s’ouvrir et d’attirer des gens là-bas ?
  65. Les voyageurs chinois resteront-ils la force mondiale qu’ils étaient devenus ? Ou deviennent-ils encore plus importants ?
  66. Les trains (ou Amtrak) feront-ils leur retour, car les gens ont peur des aéroports, de l’avion, etc.
  67. Le grand voyage américain fera-t-il son retour ?
  68. Les parcs naturels et les destinations grandioses connaîtront-ils un boom de visites, les voyageurs anxieux et confinés chez eux cherchant à renouer avec la nature et les choses plus grandes qu’eux ?
  69. Les voyageurs auront-ils encore de l’influence après cela ? Ou sont-ils devenus encore plus importants parce que les destinations et les marques doivent stimuler la demande ?
  70. Les DMO et les offices de tourisme trouvent-ils de nouveaux moyens de se financer au-delà des taxes hôtelières et voient-ils enfin la limite à se concentrer strictement sur les arrivées ?
  71. La réalité virtuelle pourrait-elle commencer à remplacer les visites réelles de sites célèbres ? Aura-t-elle une seconde chance ?
  72. Y aura-t-il un nouveau mélange de pays/régions de destination touristique populaire ? Quelle sera la prochaine vague ?
  73. Les voyageurs de loisirs devront-ils quadrupler les vérifications auprès de multiples sources d’information en ligne avant de choisir leur lieu de séjour ? Si oui, cela signifiera-t-il que les fournisseurs de voyages devront plus que jamais surveiller leur réputation sociale ? La “surveillance de la réputation sociale” deviendra-t-elle essentielle plutôt qu’un “plaisir à avoir” pour les entreprises hôtelières et les organismes de gestion des destinations ? Les hôtels et les gestionnaires de destinations devront-ils communiquer en ligne de manière encore plus vigilante qu’auparavant ?
  74. Questions sur les fusions et acquisitions

  75. Quelle sera la vague de fusions-acquisitions dans le secteur du voyage, quels secteurs du voyage seront les plus actifs ?
  76. Le rôle du capital-investissement et des fonds souverains dans le secteur des voyages va-t-il devenir encore plus important ?
  77. Si les entreprises les plus rentables sont celles qui ont de l’envergure et que les conglomérats géants sortent les plus forts de la crise, comment les autorités antitrust vont-elles réagir, surtout si des fusions et acquisitions se produisent ?
  78. Les destinations à court d’argent chercheront-elles à monétiser l’accès à certaines de leurs principales attractions et trésors culturels par la privatisation ? Pensez à l’exemple de la société de capital-investissement Carlyle Group qui a investi en 2016 dans la ligne ferroviaire Inca qui est un point d’accès crucial pour les voyageurs vers le Machu Picchu ?
  79. Les voyages seront désormais un secteur chargé de dettes. Les entreprises publiques ont levé des dizaines de milliards de nouvelles émissions d’obligations et une grande partie de ces prêts aux petites entreprises de la SBA ne seront pas annulés. Comment les entreprises du secteur du voyage parviendront-elles à rembourser ces lourdes charges (si jamais elles le font) ?
  80. Questions sur les croisières

  81. Le refus du gouvernement américain de renflouer les ports de croisière entraîne-t-il une révision (indispensable) de la réglementation de cette industrie aux États-Unis, où vit la moitié du marché ? Les modèles économiques des compagnies de croisières survivront-ils à cette situation ?
  82. Les croisiéristes purs et durs reviendront-ils plus vite que nous ne le pensons tous rationnellement ?
  83. Les croisières fluviales (navires plus petits et plus espacés) rebondiront-elles plus vite que les croisières océaniques si elles peuvent se reconfigurer plus rapidement en fonction des nouvelles préoccupations de santé publique ?
  84. L’industrie des croisières pourra-t-elle un jour attirer de nouveaux croisiéristes après cela ?
  85. Agences de voyages/voyagistes/questions de réservation

  86. Les agents de voyage qui survivent à cette situation ont-ils une résurgence parce que les gens ont réalisé la valeur d’avoir un humain pour faire face à toutes les incertitudes du voyage ?
  87. Ou bien la technologie fait-elle enfin un bond en avant tel que le bricolage devient vraiment possible dans les voyages, les entreprises réalisant que des investissements technologiques sont nécessaires pour faire face à une énorme poussée du service à la clientèle comme cela s’est produit ici ?
  88. Cela change-t-il à jamais l’assurance voyage, avec de la clarté au lieu d’une multitude de conditions ? L’assurance voyage (et les services de protection financière des réservations de voyage) seront-ils florissants ?
  89. Les délais de réservation des voyages vont-ils se réduire, comme nous avons pu le constater en Chine, et cela constituera-t-il un changement de comportement à long terme ?
  90. Les voyages à forfait reviendront-ils car les gens veulent davantage de vacances autonomes ? Les forfaits tout compris connaîtront-ils un regain d’intérêt pour la même raison ?
  91. Les voyages en groupe sont-ils éternels et vont-ils céder la place à des voyages plus solitaires ?
  92. Les voyagistes (ainsi que les petites compagnies aériennes et les agences de voyage en ligne) changeront-ils radicalement leurs activités ? Vont-ils cesser d’utiliser les dépôts en espèces pour les réservations à l’avance afin de financer leurs activités quotidiennes ? Vont-ils à la place placer les dépôts en espèces sur un compte de réserve ?
  93. Questions relatives aux voyages d’affaires

  94. Les voyages d’affaires sont-ils à leur apogée ? Les chiffres ne reviendront-ils jamais ?
  95. Les voyages aériens haut de gamme seront-ils le premier segment à rebondir parce que les cadres et les investisseurs seront les plus fortement incités à reprendre l’avion pour poursuivre leurs objectifs commerciaux ?
  96. Le “devoir de diligence”, que les sociétés de gestion des voyages d’affaires (TMC) ont longtemps vanté comme un avantage supplémentaire qu’elles offrent aux entreprises, va-t-il prouver sa valeur pendant la crise et aider les TMC à accroître leur part de marché ?
  97. Cela réduit-il ou réécrit-il de façon permanente le rôle du système de distribution mondial, car les voyages d’affaires pourraient ne jamais se rétablir complètement et les compagnies aériennes pourraient être plus disposées à se battre pour de nouveaux systèmes, car le besoin de meilleures stratégies de distribution ne fera que s’accentuer ?
  98. Questions sur les réunions et les événements

  99. L’ère des conventions géantes avec des hectares et des hectares de terre est-elle terminée pour toujours ? À quoi ressemblera le virtuel pour ces conventions et ces salons ?
  100. À quoi ressemble une conférence ou un événement hybride physique et numérique et comment la rendre intéressante pour tous les participants ?
  101. Quel sera le rôle des bureaux des congrès et des visiteurs dans un monde d’événements virtuels ou hybrides ?
  102. Quel sera le rôle des lieux de manifestations à l’avenir ? Comment s’adapteront-ils au monde des événements virtuels ou hybrides ?
  103. Les organisateurs de réunions vont-ils insister pour que les contrats comportent des clauses sur les normes de nettoyage/d’hygiène ?
  104. Questions sur les voyages de démarrage

  105. Les investisseurs se détourneront-ils du financement de jeunes pousses dans le secteur du tourisme, qui n’est généralement pas un domaine d’intérêt majeur pour les sociétés de capital-risque par le passé ?
  106. Airbnb a été fondée au plus profond de la récession de 2008/2009 et a su tirer parti de l’actualité en proposant des hébergements bon marché et des connexions locales. Quelle sera la “prochaine Airbnb” à sortir de la crise et dans quel secteur sera-t-elle ?
  107. Y aura-t-il un ou plusieurs grands perturbateurs de l’industrie du voyage en dehors de la crise ? Qui seraient-ils ? Qu’apporteraient-ils aux voyages ?
  108. L’augmentation des investissements dans les voyages et les activités et dans le secteur lui-même qui se mettait en ligne si rapidement s’arrêtera-t-elle complètement et sera-t-elle réversible ?
  109. Le capital-risque va-t-il gagner des parts sur le capital-risque en tant que mécanisme d’investissement privilégié au cours des deux prochaines années, à mesure que les liquidités du capital-risque se tarissent ? L’endettement pourrait bien fonctionner pour les start-ups qui proposent des logiciels par abonnement et des modèles de marché, où elles acquièrent certains clients, et ces clients commencent à générer des revenus assez réguliers.
  110. Questions en ligne sur les voyages et la technologie

  111. Les agences de voyage en ligne retrouvent-elles leur mojo en raison de l’abondance des stocks des fournisseurs ?
  112. Ou bien les gens voudront-ils s’adresser directement aux marques parce qu’ils savent que c’est le plus facile en termes d’annulation et de remboursement ?
  113. Cette phase va-t-elle également accélérer le passage des consommateurs au voyage et au commerce numérique en ligne dans les pays et les zones géographiques qui étaient encore sceptiques ?
  114. Que deviennent Expedia et TripAdvisor à partir de là, deux des joueurs de voyage en ligne les plus perturbés qui se lancent dans cette aventure ?
  115. Quand, si jamais, Expedia et Booking reviendront-ils aux enchères sur la métarecherche à la même échelle qu’avant cette crise ?
  116. Le groupe Ctrip/Trip.com sera-t-il le conglomérat relativement le mieux capitalisé pour rebondir le plus rapidement, et se lancera-t-il dans une course aux investissements ? Faudra-t-il des participations quasi majoritaires dans des marchés géographiques qu’il n’a pas encore pénétré, en copiant ce que le groupe Ctrip/Trip.com a déjà fait en Inde avec MakeMyTrip.
  117. Google Travel va-t-il se transformer en raison d’une baisse de la publicité ? Ou gagnera-t-il encore plus d’importance en tant que canal semi-direct pour les marques ?
  118. Comment les intermédiaires de réservation de voyages, dont le produit principal est la distribution de tarifs non remboursables, peuvent-ils survivre dans un environnement à court terme où les voyageurs recherchent une certaine souplesse dans les réservations ?
  119. Est-ce la fin de la métarecherche sur les voyages en tant que modèle économique significatif, à l’exception de Google et de Qunar/Skyscanner ? Ou bien la métarecherche fera-t-elle son retour, les voyageurs étant de plus en plus sensibles aux prix ?
  120. Les entreprises examinent les budgets ligne par ligne et coupent le gras. Quelles sont les plateformes technologiques de voyage qui sont réellement essentielles, et lesquelles étaient simplement agréables à avoir ?
  121. Questions sur les voyages de luxe et de bien-être

  122. Le voyage de luxe sera-t-il le dernier à revenir et quelle forme prendra-t-il ?
  123. L'”hygiène” va-t-elle devenir le nouveau “bien-être” ? Les hôtels et centres de villégiature de luxe et les cabines des compagnies aériennes de première classe vont-ils investir massivement dans la technologie sans contact, les services à commande vocale et une automatisation accrue ?
  124. Le secteur du bien-être sera-t-il encore plus prospère ? Y aura-t-il une collaboration plus étroite entre le secteur de l’hospitalité et les hôpitaux ?
  125. Les marques de santé ou médicales vont-elles investir dans les voyages, comme les marques de montres et de vêtements de luxe ont eu des extensions de marque ? Johnson & Johnson Resort Maui ?
  126. Les voyages privés pour les nantis signifient-ils désormais limousine privée, jet privé ou villa – à la manière des voyages dans une bulle privée ? Les “nantis contre les démunis” prendront-ils un nouveau sens dans les voyages ?