Le défi des managers de football | Paris FC – Episode 1


De nouveaux horizons : un plan de match, une pré-saison productive et des attentes à dépasser.

Introduction

Cela fait maintenant bien plus d’un mois que nous n’avons pas eu la chance de vivre du football en direct, sauf pour ceux qui s’intéressent soudainement au football biélorusse. Pour beaucoup d’entre nous, le football offre une évasion, une chance de rêver à autre chose que le quotidien. Bien que cela ne soit pas possible actuellement, nous pouvons plus que jamais nous réjouir de ce que pourrait être, dans la fantaisie et dans la fiction.

Dans cet esprit, ici à Obtenir des nouvelles du football français nous sommes ravis de vous présenter notre première incursion dans le monde du Football Manager, alors que nous prenons les rênes du Paris FC, et que nous cherchons à sortir de la Ligue 2 et à gravir les sommets vertigineux de la Ligue 1, à sortir de l’ombre et à nous établir comme piliers de la première division. Il y aura bien sûr un plafond, mais il reste à voir jusqu’où exactement.

Pour rendre les choses plus intéressantes, plus stimulantes et un peu plus réalistes, certaines règles ont été convenues :

  • Suivant le modèle plus typique des équipes de Ligue 1 et de Ligue 2, en tant qu’entraîneur-chef, je dois vendre tout joueur si je reçois une offre supérieure à l’évaluation que le club fait de lui.
  • Je dois également travailler dans les limites des budgets fixés par le club et je ne peux pas demander de les modifier ou de les dépasser, même temporairement, sous peine de subir les foudres de la stricte surveillance financière du football français, la DNCG.
  • Enfin, les équipes ayant été entièrement mises à jour suite à la fenêtre de transfert de janvier dernier, j’ai désactivé la première fenêtre d’été et je ne pourrai plus acheter de joueurs en janvier 2020, à moins que je ne doive remplacer des joueurs que je suis obligé de vendre.

C’est dans cet esprit que nous allons commencer.

Contexte et premières impressions

Paris est considéré par beaucoup comme une ville à un seul club, le Paris Saint-Germain étant le seul club de la capitale à jouer régulièrement en première division à l’époque moderne. Le Racing Club de France (anciennement Racing Club de Paris) a été l’un des fondateurs de la Ligue 1 et a remporté le championnat en 1936, avant de connaître des difficultés financières historiques qui ont abouti à son statut actuel d’amateur. Le Red Star FC est le deuxième club le plus ancien de France, mais il n’est plus apparu en première division depuis la saison 1974-75.

Le Paris FC a été fondé plus tard en 1969, et faisait en fait partie de la fusion qui a donné naissance au PSG en 1970 (avec le Stade Saint-Germain). Ils se sont séparés du nouveau club peu de temps après. Mais tandis que leurs nouveaux voisins à la mode devenaient l’une des forces dominantes du football français, Le PFC aurait du mal à s’établir, passant la majorité de son existence à jouer au niveau amateur.

La saison 2018-19 a été la plus réaliste des 30 dernières années pour le club, qui a terminé à la quatrième place de la Ligue 2 sous la houlette de Mehmed Baždarević, avec la meilleure défense du championnat. Cependant, les rêves de promotion du club ont été anéantis lors des éliminatoires de promotion, où Paris a été battu aux tirs au but par le RC Lens, qui allait lui-même échouer au tour suivant. Un exode estival s’ensuit, avec un renouvellement important du personnel de jeu. Après une campagne aussi prometteuse, et avec des changements drastiques de personnel à affronter, Baždarević’s serait un acte difficile à suivre. C’est là que j’interviens.

L’accord proposé est de deux ans, et un montant assez généreux de 6 750 euros par semaine. Lors de ma première réunion avec le conseil d’administration, on m’a dit exactement ce que l’on attendait de la 50e saison du club : une place dans la première moitié du classement, avec l’objectif à plus long terme de développer les joueurs en utilisant les installations décentes du club pour les jeunes. À la fin de la saison suivante, il est préférable que j’atteigne les éliminatoires de la promotion. Malgré ce qui m’est demandé par le conseil d’administration, et notre 11e place attendue dans les médias, je sais que mon objectif est la promotion au cours des deux prochaines saisons, ce qui devient encore plus clair en examinant l’équipe.

Les attentes de la saison et le plan quinquennal du club

Après avoir rencontré le directeur adjoint Stéphane Gilli, qui travaillait sous Baždarević avant mon arrivée, et le directeur du football Frédéric Hébert, j’ai pu faire le point sur les joueurs. Bien que ce soit un peu un cliché, le club est très défini par un mélange de talents prometteurs et de professionnels seniors expérimentés.

Rapport de l’équipe du directeur adjoint Stéphane Gilli (milieux de terrain et attaquants)
Rapport de l’équipe du manager adjoint Stéphane Gilli (gardiens et défenseurs)

Du côté des experts, les anciens Les Bleus L’international Jérémy Ménez a été de loin mon joueur le plus en vue, suivi par la légende du Burkina Faso, Jonathan Pitroipa. Lalaïna Nomenjanahary, ailier expérimenté de Ligue 2, Ousmane Kanté, défenseur central expérimenté, et Vincent Demarconnay, légende du club, dans les buts, allaient constituer le reste de ma colonne vertébrale expérimentée. D’autre part, les espoirs Axel Bamba (défenseur central), Anthony Maisonnial (gardien de but) et des loanees dont le très talentueux milieu de terrain Vincent Koziello, en difficulté au FC Cologne, et l’attaquant d’Amiens Cheick Timité, constituaient les jeunes stars.

Le plus grand talent, et de loin, était Lamine Diaby-Fadiga. Licencié par Nice après avoir volé la montre de 70 000 euros de son coéquipier Kasper Dolberg, Paris lui avait offert un nouveau départ. Il était clair pour moi que le jeune homme de 18 ans avait le potentiel pour devenir un joueur vedette de l’équipe, et certainement de qualité Ligue 1. Il a peut-être eu des problèmes disciplinaires par le passé, mais c’était un nouveau départ, et je l’aiderais à réaliser sa promesse.

Profil de Diaby-Fadiga

À mon arrivée, j’ai convoqué une réunion d’équipe, pour faire connaissance avec les joueurs et exposer nos attentes pour la saison. Après m’être présenté avec assurance, le capitaine intérimaire du club, Demarconnay, m’a accueilli au club, “nous nous réjouissons de jouer sous votre direction”.

Même si mes espoirs pour la saison étaient grands (défi pour la promotion), je voulais rester réaliste, au moins avec les joueurs, car je sais qu’être trop ambitieux ou irréaliste peut souvent entraîner des troubles dans l’équipe. Demarconnay s’est fait l’écho de mes commentaires ultérieurs selon lesquels nous devrions viser la première moitié de la saison, et l’équipe a réagi de manière extrêmement positive dans l’ensemble.

En raison de son expérience, de son leadership et de son influence au sein de l’équipe, j’ai décidé à ce moment-là que Demarconnay serait mon capitaine pour la saison, avec le défenseur expérimenté Ousmane Kanté comme vice-capitaine, pour les mêmes raisons.

Profil de Demarconnay

Après la réunion, j’ai décidé d’avoir une discussion avec Diaby-Fadiga. Je sentais une certaine anxiété et réticence, qu’il était encore secoué par ce qui s’était passé à Nice, et qu’il s’accommodait encore d’être largué par le club.

“Vous devez repenser votre conduite si vous voulez réussir ici,” J’ai commencé. “Je ne vais pas tolérer une telle chose sous ma direction. Ne nous obligez pas à prendre des mesures drastiques, nous voulons que vous réussissiez ici”.

Il acquiesça solennellement, mais regarda pour rétrécir en lui-même. J’ai continué, “Tenez-vous bien, et concentrez-vous sur votre football. Faites cela, et vous vous épanouirez ; je compte sur vous cette saison”. Son langage corporel s’est immédiatement amélioré lorsqu’il a relevé la tête, un reflet affamé dans l’œil.

J’ai également tenu à discuter avec Jérémy Ménez et l’attaquant Romain Armand, en leur demandant de garder un œil sur lui et de l’aider à être son mentor en formation.

Ensuite, j’ai tenu ma première conférence de presse avec le club. Lorsqu’on m’a demandé quelles étaient mes premières réflexions sur l’adhésion, j’ai répondu que j’étais enthousiaste, qu’il y avait beaucoup de travail à faire mais que j’étais fier d’en avoir l’occasion, tout en soulignant l’énorme potentiel du club. En tant que jeune entraîneur, j’ai naturellement dû faire face à un certain scepticisme de la part des médias, j’ai donc été honnête sur la façon dont j’envisageais de gagner le respect : “En gagnant des jeux.”

Mise en place de l’équipe

L’ambiance autour du club semblait positive. Les joueurs étaient de bonne humeur, le prêt Cheick Timité et l’arrière Ali Abdi ayant respectivement remporté leurs premières sélections en Côte d’Ivoire et en Tunisie. Avec un calendrier de pré-saison très chargé, j’ai pensé qu’il valait mieux examiner plus en détail les joueurs à ma disposition et mettre au point un système qui conviendrait le mieux à l’équipe.

La Ligue 2 est une division physique, avec des équipes jouant souvent un style de football plus direct et plus combatif. Non seulement j’ai veulent pour essayer d’encourager un style de jeu plus dynamique, mais aussi cela semblait quelque peu nécessaire : notre équipe était en dessous de la moyenne en termes de taille et de poids pour la ligue, et donc les équipes dominantes physiquement ne semblaient pas la voie à suivre. Pour gagner des matchs, nous devions garder le ballon au sol.

Écran de comparaison des équipes

Nos joueurs les plus talentueux étant plus techniques (comme Koziello, Ménez et Pitroipa), j’ai décidé qu’un style plus positif était nécessaire. Nous aimerions garder le ballon, mais nous risquons de souffrir sans lui. J’ai donc voulu mettre en place un jeu de pression de haute intensité, où nous engagerions l’opposition de toute urgence pour essayer de récupérer le ballon, en jouant avec des lignes d’attaque et de défense plus élevées. En possession du ballon, je voulais que nous jouions à un rythme plus élevé, en jouant hors de la défense et en faisant entrer le ballon dans la boîte en utilisant les espaces disponibles que nous avions créés.

S’installer en formation n’a pas été facile. Si nous avions beaucoup d’attaquants et de milieux de terrain, en défense, nous étions relativement peu nombreux sur le terrain, le prêt d’Ibrahim Cissé étant notre seule option de qualité en équipe première sur l’arrière droit. J’ai alors décidé qu’en raison de sa promesse, de son excellente finition et de ses qualités physiques, je voulais que Diaby-Fadiga mène la danse. Entre-temps, les dribbles, les passes et le flair de Jérémy Ménez en faisaient une option idéale en milieu de terrain offensif en soutien n°10. Je voulais que l’équipe soit construite autour de la relation entre ces deux joueurs, aidés en attaque et en pressing par l’énergique et expérimenté Pitroipa et Nomenjanahary. J’ai donc opté pour un système de 4-2-3-1.

Instructions tactiques pour l’équipe lorsqu’elle est en possession
Instructions tactiques pour l’équipe pendant la transition
Instructions tactiques pour l’équipe lorsqu’elle est hors de possession

Les dribbles, l’accélération, le flair et le sens du but de Pitroipa en faisaient un joueur idéal pour jouer en tant qu’attaquant intérieur, en poussant plus loin sur le terrain, en coupant à l’intérieur et en faisant des ravages, soit en passant, en croisant ou en se tirant dessus. Mon autre ailier, idéalement Nomenjanahary (la meilleure option en termes de qualité), jouerait comme un ailier plus conventionnel, utilisant son rythme et sa compétence technique pour battre les joueurs qui attaquent la ligne d’arrivée. De là, il peut fournir des croisements dans la boîte, notamment pour le Diaby-Fadiga de 1,80 m, jouant lui-même un rôle plus avancé.

Profil de Pitroipa

En milieu de terrain central, j’aurais besoin de deux joueurs dont les compétences respectives sont complémentaires. Koziello, le joueur le plus talentueux de l’équipe, semblait bien adapté à un certain nombre de rôles de milieu de terrain, notamment en tant que meneur de jeu de fond. Je voulais cependant le déployer en tant que milieu de terrain de boîte à boîte, en raison de son travail infatigable, de sa solide capacité de passe et de ses compétences techniques. En tant que défenseur, son compatriote Cyril Mandouki semblait être la meilleure option en tant que milieu de terrain gagnant, en raison de son anticipation, de sa force, de ses tacles et de sa concentration impressionnants, sa plus grande endurance étant vitale pour le système intense que je voulais mettre en place.

Profil de Koziello

En défense, l’international burkinabé Yacouba Coulibaly, par sa vitesse, sa qualité de travail et sa qualité générale, était clairement le premier choix sur la gauche en tant qu’arrière latéral plus offensif, le prêté d’Angers Cissé étant ma seule option viable sur la droite. Le vice-capitaine Ousmane Kanté serait un pilier de la défense centrale, tandis que j’espérais que le jeune Ivoirien Axel Bamba pourrait défier son compatriote expérimenté Samuel Yohou pour la dernière naissance en raison de son haut potentiel.

Le profil de Kanté

Il est évident que le système devra être testé et modifié, et que la forme et les blessures auront leur mot à dire dans la sélection du personnel ; Nomenjanahary, par exemple, devait manquer toute la pré-saison pour cause de vacances. Cela étant dit, avant même qu’un seul ballon ne soit frappé, je savais ce que je voulais.

Mon projet de démarrage XI

Avant-saison

Notre programme d’avant-saison était compact et varié : il commençait au Stade Charléty contre Lille le 29 juin, suivi du Bayer Leverkusen (H), de Peterborough (A) et de Genk (H), le tout en 11 jours. Nous avons ensuite joué le témoignage de Vincent Demarconnay contre Le Mans, le club où sa carrière a débuté, avant de nous rendre au TEC VV, club de troisième division néerlandaise, pour finalement affronter Brentford à domicile une semaine avant le coup d’envoi de la campagne de championnat à Troyes. Nous avons eu un peu plus d’un mois pour mettre les joueurs en forme.

Après quelques revers mineurs (dont l’ailier Julien López qui s’est foulé les ligaments de la cheville à l’entraînement), il était temps de disputer notre premier match contre Lille. Conscient de leur qualité, j’ai opté pour une variante légèrement plus défensive de notre système, en m’asseyant un peu plus profondément et en encourageant les joueurs à être un peu plus disciplinés, une décision qui a porté ses fruits.

En l’absence de Nomenjanahary, j’ai choisi de jouer Mohamed Mara, prêté à Lorient, à gauche, dont les dribbles, le rythme et la vitesse de travail font de lui notre meilleur remplaçant. Vu son expérience et la puissance de l’opposition, j’ai décidé de faire jouer Yohou contre Bamba en défense centrale. Lille, de son côté, disposait d’une équipe solide, avec Timothy Weah flanqué de Loïc Rémy et Luiz Araújo, soutenu par Yusuf Yazici en milieu de terrain offensif.

En sortant sur la ligne de touche, j’ai serré la main de Christophe Galtier, tout juste sorti de sa phénoménale saison avec Les Dogues. Le Français semblait pourtant me regarder droit dans les yeux, et semblait presque dédaigneux. À ce moment, je me suis dit : “Je vais vous montrer un vrai 4-2-3-1.”

Malgré mes efforts pour encourager les joueurs à se battre pour leur place, c’est Lille qui a commencé sur le devant de la scène, mettant en place de belles passes avant de percer notre ligne défensive et de libérer Timothy Weah, Demarconnay sauvant d’un mauvais tir.

Un coup franc à l’entrée de la surface de Lille trouve Mandouki à l’extérieur des 18 mètres, qui lance le ballon vers la droite pour le latéral droit Cissé, le prêté d’Angers fournissant un centre flottant qui est repris de la tête par Diaby-Fadiga au second poteau. A la 16e minute, le score est de 1-0.

Diaby-Fadiga se réjouit d’avoir marqué (1-0) lors du match amical de pré-saison contre Lille

Le rythme s’est ensuite ralenti jusqu’à la 31e minute, alors que nous avons fait échouer les tentatives de Lille pour obtenir l’égalisation. Lors d’une attaque de Lille, Koziello a pincé le ballon de Yazici et a fait une course en flèche dans leur moitié, se dirigeant vers la zone, avant d’envoyer un ballon à Mara sur la gauche, qui a coupé à l’intérieur de la boîte. L’ailier a donné le ballon à l’arrière gauche Coulibaly, dont la frappe furieuse a fait exploser le poteau. Pitroipa, cependant, était là pour profiter du rebond.

Pitroipa fait un score de 2-0 lors du match amical de pré-saison contre Lille

Notre performance parfaite de la première moitié s’est poursuivie dans la seconde, alors que nous continuions à frustrer les visiteurs. Demarconnay a réalisé quelques arrêts décents sur coups de pied arrêtés, les deux équipes ayant effectué de nombreux changements. Malgré quelques problèmes causés par le jeune lillois Eddy Ouattara, nous avons réussi à garder le contrôle. J’ai fait encore d’autres changements, nous laissant avec un 11 largement méconnaissable du côté qui a commencé le match, et nous a demandé de nous asseoir plus profondément et d’absorber la pression. Lille a réussi à ramener un but à la 92e minute, l’international canadien Charles Andreas Brym reprenant de volée sans opposition sur un corner ; mais la victoire était à nous, un premier match formidable, avec des joueurs qui avaient tous l’air en pleine forme.

Statistiques et évaluations suite à ma victoire 2-1 sur Lille pour mes débuts en tant que manager

Après quelques jours d’entraînement tranquille, il était temps de relever le plus grand défi de la pré-saison, un affrontement contre le Bayer Leverkusen, la puissance de la Bundesliga.

Étant donné le rythme des joueurs offensifs de l’opposition et le penchant de Peter Bosz pour un football offensif explosif, j’ai décidé qu’il était temps de travailler sur une tactique secondaire pour jouer contre de telles équipes : un 4-2-3-1 plus réactif, contre-attaquant, où nous serions assis plus en arrière, en appuyant toujours fort quand nous perdons le ballon mais en général en laissant l’opposition de côté et en frappant rapidement et avec fluidité quand nous en avons l’occasion, ce que les joueurs semblaient accepter à l’entraînement.

Notre tactique secondaire : un style de contre-attaque fluide

La veille du match, le conseil d’administration m’a convoqué pour discuter de nos objectifs pour la saison dans les compétitions de la coupe nationale. Pour la Coupe de la Ligue, nous devions atteindre le deuxième tour, tandis que le dixième était l’objectif de la Coupe de France. “Un jeu d’enfant” Je pensais. Ou du moins je l’espérais.

Le lendemain soir, le temps est venu pour le grand match. Le moral était au beau fixe après avoir battu Lille, et la dernière chose que je voulais, c’était que cet esprit se brise par une lourde défaite. En choisissant de faire plusieurs changements pour la forme du match, notamment Florian Martin à dix ans sur Ménez et Felipe Saad en défense centrale à la place de Kanté et Bamba sur Yohou, nous étions prêts à y aller. J’ai tout de suite vu que c’était un autre genre de défi.

Bosz disposait d’une équipe extrêmement talentueuse, composée de joueurs comme Kai Havertz, le prometteur vainqueur Moussa Diaby, le milieu de terrain Charles Aranguiz et l’attaquant Kevin Volland. Dès le coup d’envoi, les visiteurs étaient électriques et nous étions très en retrait, mais notre nouveau système semblait faire l’affaire, les limitant à des demi-occasions. Felipe Saad a pris un coup inquiétant, et a dû faire place à Kanté, mais un solide changement de défense nous a fait entrer dans les vestiaires à la mi-temps avec le score à 0-0. Nous n’avions cependant pas réussi à enregistrer un seul tir.

J’ai dit aux joueurs que j’étais satisfait de leurs efforts, que je voulais plus de la même chose, et que si nous pouvions trouver une occasion de casser, nous pourrions encore obtenir la victoire. J’ai réalisé l’erreur de mon approche lorsque, huit minutes après le début de la deuxième mi-temps, Moussa Diaby a repris de volée à la limite de la surface. 1-0 Leverkusen.

À ce stade, j’ai procédé à une série de changements, notamment en remplaçant le milieu de terrain Jason Kikonda par Cyril Mandouki, et en nous faisant passer à un jeu plus positif et plus pressant. Malgré une défense toujours aussi solide, nous étions solides et nous avons finalement réussi à tirer à la 65e minute.

J’ai fait une rafale de changements tardifs à la 80e minute, et j’ai crié sur la ligne de touche pour que les joueurs commencent à pousser plus loin, mais le match devait se terminer par la victoire de Leverkusen. Nous étions complètement dépassés par les armes, mais nous avions quand même montré beaucoup de promesses en défense contre une équipe formidable, et c’était un point positif. Même si le bus avait été bel et bien garé.

L’effondrement de notre défaite amicale d’avant-saison face au Bayer Leverkusen

Pour nos prochains matchs, j’ai choisi de m’en tenir à notre plan d’attaque. Un 0-0 frustrant contre Peterborough a été suivi d’une victoire 2-0 très satisfaisante contre Genk, grâce à la performance du jeune gardien Maissonnial et aux buts de Pitroipa et de l’attaquant sénégalais Adama Sarr.

Après une bonne semaine d’entraînement, j’ai enfin eu l’impression de connaître les joueurs et de constater que l’équipe était vraiment soudée au début de la saison. Cela a abouti à ce qui a été un moment émouvant pour le club : Le témoignage de Vincent Demarconnay.

Entré au club en 2008 et devenu l’un des meilleurs gardiens de la division, Demarconnay a vécu un moment privilégié en jouant contre le club où il a débuté sa carrière, Le Mans. C’était aussi l’occasion pour nous d’affronter pour la première fois un adversaire de Ligue 2. J’ai de nouveau opté pour notre 4-2-3-1 positif, avec le retour du Ménez et de Diaby-Fadiga, et le partenariat de Jason Kikonda avec Koziello au milieu de terrain.

L’émotion était à son comble au moment du coup d’envoi, et il est clair que “Vinnie” (oui, on est déjà surnommé ainsi), qui a fait quelques dégagements douteux dans les 15 premières minutes, a eu de la chance de ne pas céder !

Nous avons cependant grandi dans le jeu, et nous avons dominé le reste du match. Le Mans, d’une manière plutôt peu sportive, a semblé traiter le match comme un choc de ligue, en jouant avec une force brute, en étant excessivement physique et en nous faisant des fautes à gauche, à droite et au centre. À un moment donné, en deuxième mi-temps, j’ai pris d’assaut Réginald Ray dans l’abri adverse : “À quoi jouez-vous ? C’est un témoignage ! Dites à vos gars de laisser tomber !” Il ne semblait cependant pas voir d’inconvénient à la façon dont son équipe jouait.

Malgré notre domination, Demarconnay a eu son moment, volant dans les airs pour dévier une frappe bien placée de Yanis Merdji en fin de match et maintenir le score à 0-0. Le match s’est terminé sur un score nul et vierge, mais le sifflet à plein temps a été un soulagement. S’en sortir sans blessure avait été un petit miracle.

Le moment magique de Demarconnay à partir de son témoignage d’avant-saison contre Le Mans

Avec deux amis restants, il était temps de décider du nombre de membres de l’équipe. J’ai décidé de garder la plupart des numéros tels quels, à l’exception de Jérémy Ménez, qui est venu me voir dans mon bureau après l’entraînement pour me demander s’il pouvait porter le maillot du numéro 7. “J’attends 30 buts + passes décisives maintenant” Je pensais.

Notre avant-dernier match de pré-saison était contre le TEC VV, l’équipe de la Dutch Tweede Divisie. Saad et López étaient désormais en pleine forme, mais j’ai opté pour une équipe largement concentrée, à l’exception de Florian Martin, qui manquait de précision dans le jeu et qui débutait au milieu de terrain offensif face à Ménez.

Ce qui a suivi a été notre performance la plus complète de l’avant-saison, puisque nous avons complètement surclassé les hôtes. Après que Diaby-Fadiga ait été débordé dans la surface à la 7e minute, ce qui nous a permis de marquer notre premier but (un penalty de Florian Martin), nous n’avons jamais regardé en arrière et nous les avons frappés pour six. Diaby-Fadiga, en particulier, a été électrique : un cauchemar sur coups de pied arrêtés, marquant de deux têtes avant de compléter son coup du chapeau en fin de match par une frappe à ras de terre qui a traversé le but. En l’emmenant à Sarr, je lui ai dit à quel point j’étais ravi, “C’est exactement ce que je cherche.”

Ayant fait en 6-0 par les 64th minute, les fans du TEC ont semblé réaliser que toute chance de retour était écartée, et sont partis en masse. Enfin, tous les 400.

Les principales statistiques de l’approche plutôt agressive du Mans à l’égard du témoignage de Demarconnay et de notre destruction du TEC

Après avoir donné la journée aux joueurs après leur excellente performance, Ménez en particulier étant heureux de se reposer, je suis allé discuter des bonus de la compétition avec le conseil d’administration. Sachant que nous avions autant de chances que les autres de nous battre au moins pour les places en play-offs, je les ai implorés d’offrir aux joueurs un bonus plus élevé pour la ligue en tant qu’incitation supplémentaire, en contrepartie d’un bonus moins élevé pour les performances en coupe. Après un peu de barbe et de grattage de tête, ils ont accepté.

Le tirage au sort de la Coupe de la Ligue pour les premier et deuxième tours a également eu lieu ce jour-là, et nous avons eu droit à une chance plus favorable que la plupart : affronter National côté Béziers, nous affronterions une autre équipe de troisième division, le Gazélec FC Ajaccio ou même l’amer rival Red Star si nous avancions. La perspective d’un derby ? C’est déjà une motivation en soi.

Le tirage au sort du 2e tour de la Coupe de la Ligue

Le 20 juillet, une semaine jour pour jour avant de commencer notre campagne de championnat à Troyes, nous avons affronté Brentford au Charléty lors de notre dernier match amical. J’avais maintenant tout le monde à ma disposition, à l’exception du Nomenjanahary (qui devait revenir le 1er août), qui prenait manifestement plaisir à prendre le soleil ailleurs. Bien que mes messages WhatsApp n’aient pas été envoyés, Demarconnay m’avait assuré que l’ailier était en retraite, et qu’il se présenterait comme prévu le 1erst. “S’il ne le fait pas, il sera en service pour les U19,” Je me suis dit. Comme tout le monde était en forme, j’ai entamé le match avec ce que je considérais comme notre onze de premier choix, Mara commençant à gauche. Même si Brentford était une opposition supérieure, je voulais tester nos tactiques les plus positives. J’étais également impatient de tester les garçons contre certains des récents succès de la Ligue 2, à savoir Saïd Benrahma et Bryan Mbeumo.

Malheureusement, le premier ne jouait pas dans une équipe de Brentford plutôt jeune, mais Mbeumo a commencé à droite et a été, sans surprise, le principal exutoire créatif. Après avoir préparé les joueurs à se battre pour conserver leur place dans l’équipe pour le week-end prochain, nous sommes sortis en force des blocs, avec Axel Bamba qui a repris de la tête un coup franc de Koziello pour porter le score à 1-0 en l’espace de deux minutes.

Pendant une grande partie du match, nous étions de loin les meilleurs, Diaby-Fadiga ayant raté quelques occasions intéressantes. Après 33 minutes de jeu, nous avons réussi à en faire deux, avec Jéremy Ménez qui a transformé un penalty gagné au handball. Notre système causait à Brentford toutes sortes de problèmes, et l’entraîneur de Brentford, Thomas Frank, a fait une figure angoissée sur la ligne de touche.

Mbeumo était sans surprise le joueur qui nous posait le plus de problèmes, faisant travailler le ballon dans des positions dangereuses, causant pas mal de soucis à Ibrahim Cissé après avoir changé de côté. À un moment donné, on aurait dit qu’il allait ramener les abeilles seules dans le match.

Le profil de Cissé

Cependant, comme nous l’avions vu si souvent en pré-saison, les coups de pied arrêtés exquis de Koziello nous ont donné des occasions en or, et un coup franc de la droite a trouvé le jeune Axel Bamba qui a marqué sa deuxième tête du match, le portant à 3-0.

Enthousiasmé par les joueurs à la mi-temps, j’ai commencé à changer les choses en seconde période, en donnant du temps de jeu à la plupart des autres remplaçants, dont un Julien López, désormais en forme, qui a remplacé Mara. Bien que Mbeumo ait eu ses occasions, Brentford n’a jamais vraiment eu l’air de marquer, et les 45 dernières minutes ont été sans but.

Nous avons terminé la pré-saison par une victoire étincelante sur l’équipe du championnat, Brentford (3-0)

Cette victoire était la fin parfaite de ce qui avait été une pré-saison tout à fait réussie. Diaby-Fadiga, Koziello, Ménez, Pitroipa et notre défense avaient été en grande forme. Nous avons battu des équipes comme Lille, Genk et Brentford, nous avons battu les Néerlandais et nous avons perdu un match de justesse contre une équipe qui jouait en Ligue des champions. Notre système semblait solide, les joueurs semblaient motivés et avec 13 buts marqués et seulement deux concédés, je sentais vraiment que nous étions prêts pour le défi qui nous attendait. Nous étions prêts à nous battre pour la promotion.

Une pré-saison réussie, de l’avis général

J.Sm.